Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Laurent Rivière chef de projet à l'ONF en Creuse : nos arbres dépérissent face aux coups de boutoir climatique

-
Par , France Bleu Creuse

La sécheresse menace nos forêts creusoises ! Le manque d'eau, les attaques d'insectes fragilisent les arbres et l'ONF est obligé d'en abattre de plus en plus.

Certaines essences sont directement touchées par le manque d'eau, d'autres sont attaquées par des insectes que la sécheresse favorise
Certaines essences sont directement touchées par le manque d'eau, d'autres sont attaquées par des insectes que la sécheresse favorise - Laurent Rivière - ONF

"La forêt ne va pas bien". Laurent Rivière, chef de projet à l'ONF en Creuse n'y va pas par quatre chemins. La sécheresse et les attaques d'insectes mettent à mal les arbres. Il faut en abattre de plus en plus en Limousin. Pour l'instant, le phénomène est isolé mais par endroit la situation se dégrade très vite.  

Les coups de boutoir climatique

Si les arbres souffrent dans nos forêts c'est à cause du manque d'eau, mais pas seulement. Les attaques parasitaires d'insectes ou de champignons détruisent aussi les arbres. Et le réchauffement climatique aggrave les choses. "On a une saison sèche de plus en plus prononcée, une saison des pluies qui est plus ou moins marquée et des froids hivernaux qui ne tuent plus les insectes. Tout ça fait qu'on va avoir des arbres qui ne font pas résister, face à ces coups de boutoir, qui vont baisser les bras et qui vont dépérir, comme une personne âgée. C'est ce qu'on observe pour les chênes de l'Allier et de l'est Creusois".

Les arbres sont verts mais en fait ils sont morts

Dans certains forêts la situation n'est pas catastrophique. "On a un arbre par ci, un arbre par la qui meurent, des arbres majestueux qui ont 120 / 150 ans et qui meurent". C'est le cas du frêne qui a besoin d'eau, mais pour le moment cette situation reste isolée. En revanche on voit de plus en plus de syndrome de dépérissement chez l'épicéa commun. "On a par exemple au nord de la Creuse le bois de Fonteny qui doit faire 50 ou 60 hectares. Toute la partie épicéa est crevée. On est en train d'évacuer près de 10 000m3 de bois ! Vous arrivez en forêt, les arbres sont verts mais en fait ils sont morts. Ca va tellement vite que le bois devient sec avant que les feuilles tombent"

Et demain ?

En Limousin, l'ONF a du abattre des centaines d'arbres, victimes de la sécheresse ou des attaques de parasites. Ca coute cher car ce bois n'est pas de bonne qualité, ou a minima pour faire du papier. Et puis ensuite il faut replanter, mais quoi ? "Ce  qui serait facile c'est de prendre des essences méditerranéennes. Mais le problème c'est que lorsque vous déplacez des arbres vous les exposez à de nouveaux prédateurs. Et à chaque fois qu'on a fait ces expériences on a eu des arbres au bout de 10 / 15 ans qui ont eu des maladies ou des insectes. On ne sait pas comment vont réagir les arbres en place. Le douglas tout le monde a dit de toute façon il ne poussera plus il va crever. Et bien, le douglas se porte bien très bien. En ce moment, on a une mobilisation sans précedent au niveau des acteurs forestiers publics et privés pour justement essayer de préparer la forêt de demain. Et je peux vous dire que c'est un sacré challenge".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess