Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le canyoning en Savoie est obligé de s'adapter à la sécheresse

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Ils sont des milliers à le pratiquer en pays de Savoie. Le canyoning est victime de la sécheresse particulièrement sévère cet été.

Au Reposoir dans les Bauges
Au Reposoir dans les Bauges - Benoit Cretin

Benoit Cretin, 31 ans, a monté sa petite entreprise de canyoning en 2013. "Savoie Sport Nature". Son terrain de jeu favori est le massif des Bauges. 

"Je n'ai jamais vu aussi peu d'eau. Cela fait peur." - Benoit Cretin organisateur de canyoning

D'ailleurs, grâce aux sources naturelles des Bauges, la pratique peut survivre au manque de précipitations, contrairement aux secteurs du sud-est de la France, totalement asséché. On pratique en pays de Savoie, mais pas comme avant.

Benoit Cretin
Benoit Cretin © Radio France - Christophe Van Veen

Benoit est aux premières loges d'un triste spectacle. La sécheresse 2020.

"Je n'ai jamais vu aussi peu d'eau. On est au minimum de ce que les sources peuvent donner. Le débit est très faible. Cela fait peur. J'attends l'eau. On attend l'eau. Les récents orages n'ont rien changé car la terre est si sèche qu'elle a absorbé toute la pluie."

Le majestueux pont du diable
Le majestueux pont du diable - Benoit Cretin

Le canyoning devient plus familial, moins sportif, à cause du manque d'eau

Le canyoning a besoin d'eau pour des sensations réelles. On nage, on escalade, on saute dans les canyons. "Le côté sportif est totalement gommé cet été à cause du manque d'eau. Le bon côté c'est qu'on peut amener des familles avec enfants. On est plus dans la découverte de la nature. On s'adapte. Mais c'est un crève-coeur. Là où on sautait dans des cascades, on prend désormais une simple douche. On est moins secoué, on est moins dans le jeu." 

Benoit constate la quasi-disparition de certains cours d'eau. Le Chéran est presque inexistant cet été à certains endroits. Heureusement des spots exceptionnels perdurent comme le Pont du diable, à Lescheraines, toujours dans le massif des Bauges : "un lieu magique somptueux"

Ternèze
Ternèze - Benoit Cretin
  • Savoie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess