Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le "collectif Bois Noirs" boycotte le débat sur la gestion des déchets radioactifs à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le "collectif Bois Noirs", qui milite pour une meilleure prise en charge du site de l'ancienne mine d'uranium de Saint-Priest-La-Prugne (Loire), a boycotté le débat sur la gestion des déchets radioactifs organisé ce jeudi soir à Saint-Étienne.

Les militants ont refusé de prendre part au débat.
Les militants ont refusé de prendre part au débat. © Radio France - Elie Abergel

"Nous n'avons que 10 minutes pour nous exprimer, ce n'est pas assez", commence Arlette Maussan, présidente du "Collectif Bois Noirs", qui demande une meilleure prise en charge du site de l'ancienne mine de Saint-Priest-La-Prugne, dans le nord-ouest du département de la Loire.

"Participer au débat serait faire de nous une caution, et il n'en est pas question", poursuit la militante. Avec une dizaines d'autres bénévoles du Collectif Bois Noirs, elle s'est rendue devant le Centre de congrès de Saint-Étienne ce jeudi soir, mais pas pour participer officiellement au débat organisé par la commission nationale du débat public. 

"Le débat est plié d'avance", assure un militant Greenpeace, venu de Lyon pour dérouler une grande banderole devant le Centre de congrès. 

Coup de gueule  

Chaque bouteille représente un endroit contaminé selon les bénévoles.  - Radio France
Chaque bouteille représente un endroit contaminé selon les bénévoles. © Radio France - Elie Abergel

Les militants sont venus pousser un coup de gueule, devant "la lenteur des initiatives prises par Orano, le gestionnaire du site, pour son assainissement". 

La rénovation de la station de traitement des eaux par Orano ? "Loin d'être satisfaisante", pour le collectif, qui souligne que des "stériles" sont encore présents sur le site, des matériaux inoffensifs pour Orano, mais "radioactifs", pour les militants. 

Orano se veut rassurant 

Orano, par la voix de Gilles Récoché, directeur réaménagement, assure que le site est "sous contrôle et ne présente absolument aucun risque pour la santé ou l'environnement". Le barrage qui contient le lac artificiel de stockage des déchets est par exemple "contrôlé tous les 15 jours", assure M. Récoché. 

Choix de la station

France Bleu