Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Dans les pas du Przewalski, dernier cheval sauvage au monde élevé en Lozère

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Le cheval de Przewalski est unique. C’est le dernier cheval sauvage qui existe encore sur terre et il est élevé en Lozère.

Pour la première fois, des particuliers ont pu approcher les chevaux de Przewalski, sur le causse Méjean, lors d'une visite guidée
Pour la première fois, des particuliers ont pu approcher les chevaux de Przewalski, sur le causse Méjean, lors d'une visite guidée © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Hures-la-Parade, France

Le cheval de Przewalski est l'ancêtre de nos chevaux domestiques. Mais en tant qu'espèce, il n'a jamais été apprivoisé. Menacés de disparition, ces chevaux naissent sur le causse Méjean depuis plus de 25 ans avant leur réintroduction dans les grandes steppes d'Asie, leurs terres d'origine. Terre de Cévennes vous propose cette semaine de découvrir une espèce unique au travers d’une visite guidée.

Le reportage de SAID MAKHLOUFI

À mille mètres d’altitude, dans un décor digne des steppes de Mongolie ou de Patagonie, 29 chevaux vivent en troupeau sur près de 400 hectares. Sur le causse Méjean et ses terre rudes aux larges étendues, le cheval de Przewalski est comme à la maison. Pour Sébastien Carton de Grammont, responsable de l’association TAKH qui s’occupe des chevaux, "en Lozère on a des similitudes en matière de climat, en matière de végétation et des grands causses comme ici sont rares en Europe".    

Sur le causse Méjean et ses terre rudes aux larges étendue le cheval de Przewalski est comme à la maison.  - Radio France
Sur le causse Méjean et ses terre rudes aux larges étendue le cheval de Przewalski est comme à la maison. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Depuis 25 ans, Sébastien est aux côtés du cheval de Przewalski, il est quasiment le seul à les approcher mais aujourd’hui et pour la première fois, une visite guidée pour le public est organisée. Pendant plus d'une heure, Sébastien Carton de Grammont, qui participe à l'aventure depuis ses débuts dans les années 90, permet à des particuliers d’approcher les chevaux de Przewalski. 

Le Przewalski n’est pas un cheval comme les autres, ni une espèce menacée parmi d’autres. Il est unique. C’est lui le seul, l'unique, le vrai cheval sauvage. Ses chevaux-là, on ne les approche pas, on ne les monte pas. On les appelle "Takh", "Takhi", traduction de cheval en mongole, même si l’animal est plus connu sous le nom de cheval de Przewalski.  

Les chevaux de Przewalski forment des familles et adoptent des comportements de chevaux sauvages.  - Radio France
Les chevaux de Przewalski forment des familles et adoptent des comportements de chevaux sauvages. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Le nom Przewalksi vient du colonel Nicolaï Przewalski, un explorateur russe qui avait observé le cheval dans le désert de Gobi en 1879 et qui plus tard l'avait identifié comme une espèce inconnue des scientifiques occidentaux. Les nomades mongols vivaient avec cette espèce depuis des siècles. 

Depuis sa découverte par les occidentaux, le cheval de Przewalski était devenu la cible des chasseurs et de campagnes de capture, qui ont conduit en partie à son extinction à l'état sauvage dans les années 1960. À ce moment, seuls 14 chevaux ont survécu dans différents zoos européens. Cependant, en 1990, la population captive a atteint les 1000 individus et on a commencé à discuter de possibles réintroductions en Mongolie.  

Sortie de la nuit des temps, ce petit cheval a une allure préhistorique. Et pour cause : il existe depuis la préhistoire. Il ressemble à s’y méprendre au cheval de la grotte Lascaux dessiné par les hommes des cavernes il y a plus de 18.000 ans : même physique, même crinière. Les deux chevaux sont cousins : le premier a disparu et le second a traversé l’histoire.  

"On retrouve avec le Przewalski les mêmes caractéristiques que les chevaux préhistoriques comme la forme de la lettre M sur le ventre assez clair."

Il ressemble au cheval de la grotte Lascaux dessiné par les hommes des cavernes il y a plus de 18 000 ans - Radio France
Il ressemble au cheval de la grotte Lascaux dessiné par les hommes des cavernes il y a plus de 18 000 ans © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Le cheval de Przewalski est une curiosité de la nature. Sa filiation avec le cheval le plus connu de l’histoire n’est pas ce qui surprend le plus. Ce qui surprend, c’est sa génétique : en effet le Przewalski possède 66 chromosomes, là où le cheval traditionnel en compte 64. 

"Les chevaux de Przewalski forment des familles et adoptent des comportements de chevaux sauvages. Et c'est en troupeau qu'ils sont réintroduits dans leur terre natale, celle de leurs ancêtres, la Mongolie."

Retour en Mongolie 

Menacés de disparition, ces chevaux naissent sur le causse Méjean depuis plus de 25 ans avant leur réintroduction dans les grandes steppes d'Asie, leurs terres d'origine. Entre 2004 et 2005, quatre familles de chevaux et un groupe d'étalons ont été envoyés vers ces lointaines steppes d'Asie centrale, où ils vivent désormais en toute liberté.          

Choix de la station

France Bleu