Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan de relance : le gouvernement débloque 250 millions d'euros pour moderniser les abattoirs et les élevages

-
Par , France Bleu
France

Le ministre de l'Agriculture annonce ce mardi dans Le Parisien que 250 millions d'euros vont être investis dans la modernisation des abattoirs et des élevages. Sur franceinfo, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert réclame en urgence un "diagnostic établissement par établissement".

250 millions d'euros vont être investis pour moderniser les élevages et les abattoirs.
250 millions d'euros vont être investis pour moderniser les élevages et les abattoirs. © Maxppp - Le Progrès

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie annonce ce mardi dans le journal Le Parisien que 250 millions d'euros issus du plan de relance seront investis dans la modernisation des abattoirs et des élevages. Sur franceinfo, la présidente du syndicat agricole FNSEA, Christiane Lambert, parle d'une "bonne nouvelle", alors qu'élevages et abattoirs sont régulièrement épinglés par l'association de protection animale, L214.

"La première urgence est de faire un diagnostic établissement par établissement" Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

"C'est une bonne nouvelle parce que les abattoirs souffrent depuis pas mal d'années d'une très faible rentabilité et faute de rentabilité, ils ne peuvent pas investir pour moderniser. Or, les conditions de travail sont complexes en abattoirs pour les salariés. Ils travaillent dans le froid, le bruit. Il faut amener plus de sécurité pour les travailleurs et de meilleures conditions pour les animaux (...) C'est tout ceci qui va pouvoir être amélioré grâce à ce montant", a déclaré Christiane Lambert sur franceinfo. 

La présidente de la FNSEA demande en urgence "un diagnostic établissement par établissement. _Certains abattoirs ont été modernisés dans les 4-5 dernières années, d'autres sont en souffrance_. Il y a tout un travail de diagnostic à faire, de préconisations puis des investissements.

"Il y a le sentiment d'être jugé injustement. Les images qui sont montrées par les militants sont toujours des images négatives" Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Christiane Lambert a enfin évoqué le "sentiment d'être jugé injustement" : "Il y a des progrès qui ont été faits mais qui ne sont pas assez visibles. Les images qui sont montrées par les militants sont toujours des images négatives. Ces images représentent 3% à 4% de ce qui existe, mais il faut améliorer la totalité. Tous les éleveurs sont pour une meilleure condition animale dans leur élevage, mais L214 est pour l'abolition de l'élevage et l'arrêt de la consommation de viande. La France est aujourd'hui reconnue comme l'un des pays qui met le mieux en œuvre les directives du bien-être animal qui sont européennes."

Au mois d'août dernier, l'association L214 avait dénoncé les conditions d'un élevage de canards destinés à la fabrication du foie gras, situé à Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques, entre Saint-Palais et Navarrenx. Selon le président de l'association, Sébastien Arsac, il s'agit "d'un des pires élevages qu'on ait pu voir en 15 ans d'enquête."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess