Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le gouvernement propose d'interdire l'usage de pesticides près des habitations

-
Par , , France Bleu Gard Lozère

Le gouvernement a lancé lundi 9 septembre une concertation citoyenne pour déterminer une distance minimale entre les cultures traitées avec des produits phytosanitaires et les habitations limitrophes.

Traitement aux pesticides d'un champs de céréales
Traitement aux pesticides d'un champs de céréales © Maxppp - JEAN-PIERRE AMET

Le gouvernement a annoncé lundi 9 septembre la possible interdiction d'épandage de pesticides sur une bande de cinq à dix mètres des habitations voisines des champs traités. Une annonce qui fait bondir Monique : elle habite dans le quartier du Jardin Espagnol, à Nîmes. Sa maison est juste à côté d'un champ de maïs, et pour elle, une bande de 5 mètres est une absurdité. "Cinq mètres, c'est ridicule ! Avec le vent, ça va au-delà de cinq mètres, ça va quand même chez le voisin !"

Ne pas faire peser la mesure uniquement sur les agriculteurs

Jean-Louis Portal est vice-président de la Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles (FDSEA) du Gard et secrétaire à la Chambre d'Agriculture. Il ne veut pas que cette mesure soit assumée uniquement par les agriculteurs : "Si les agriculteurs y mettent du leur, les techniques d'application, très réglementées, des produits phytosanitaires, suffisent à protéger les voisins. "

Un suicide d'agriculteur tous les deux jours

Jean-Louis Portal insiste : l'agriculture est une activité économique, qui a pour objectif de nourrir la population et qui n'est pas délocalisable. Il faut donc la soutenir, d'autant plus que la sécheresse n'a pas épargné le Gard cette année, ce qui ajoute au mal-être qui touche la profession des agriculteurs. "J'ai cinquante ans, je travaille soixante heures par semaine, et je ne touche pas le SMIC", ajoute t-il.  Un agriculteur se suicide tous les deux jours, et Jean-Louis Portal craint que cette mesure du gouvernement ne s'ajoute à leurs difficultés. 

Le décret devrait être adopté en octobre prochain, dès la fin de la concertation. Le gouvernement a ajouté que des dérogations pourraient être mises en place au niveau local, si agriculteurs et riverains arrivaient à un accord. 

Choix de la station

France Bleu