Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Mans : une pétition pour transformer cette friche en jardin public

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Dans le quartier de gare, l'ancien supermarché Lidl est une verrue que les riverains proposent de transformer en jardin public. Ils ont écrit à la mairie et lancé une pétition pour tenter de faire avancer leur idée.

L'ancien magasin Lidl rue Bary, au Mans, est à l'abandon depuis 2011.
L'ancien magasin Lidl rue Bary, au Mans, est à l'abandon depuis 2011. © Radio France - Ruddy Guilmin

Un vieux canapé, des carcasses de téléviseurs, des vieux vêtements et des crottes de chiens par dizaines... Quand on se promène sur le parking de cet ancien supermarché Lidl, rue Bary, au Mans, on comprend mieux pourquoi des riverains évoquent parfois une "poubelle géante à ciel ouvert". Plusieurs d'entre-eux se sont donc organisés pour lancer une pétition afin de demander à la ville de transformer le lieu en jardin public.

Ecoutez notre reportage dans le quartier

L'entrée de l'ancien supermarché
L'entrée de l'ancien supermarché © Radio France - Ruddy Guilmin

Abandonné depuis sa fermeture en 2011, l'endroit est devenu le lieu de promenade favori des propriétaires de chiens. Mais aussi une verrue, dont les habitants aimeraient bien se débarrasser. "Lidl, le propriétaire, ne fait rien pour entretenir ou nettoyer le terrain. On a essayé de les contacter à plusieurs reprises mais ils ne répondent à personne donc c'est à l'abandon", regrette Nidal, un voisin direct dont l'une des fenêtres est aujourd'hui obstruée par la végétation qui a repris ses droits.

Des recoins où la végétation propspère et les détritus s'entassent
Des recoins où la végétation propspère et les détritus s'entassent © Radio France - Ruddy Guilmin

Avec ses recoins sombres et délabrés, le lieu est certes devenu le terrain de jeu des graffeurs. Mais il attire aussi des personnes en errance ou des activités douteuses reconnaissent les habitants du quartier. "L'autre jour il y avait trois squatteurs qui dormaient là, il m'est aussi arrivé de retrouver une sacoche visiblement volée", raconte un voisin. "En général je ne vais pas dans la petite allée car il y a souvent des gens", avoue une dame qui vient souvent y promener son chien.

L'endroit est un véritable dépotoir régulièrement visité
L'endroit est un véritable dépotoir régulièrement visité © Radio France - Ruddy Guilmin

En 2018, un promoteur avait voulu construire ici 40 logements. Mais les riverains s'y étaient opposés, jugeant le bâtiment trop grand. Aujourd'hui, il se murmure qu'un autre projet serait dans les tuyaux... Mais plutôt que de voir un autre promoteur débarquer, ils préféreraient que la ville y aménage un coin de verdure explique Stéphane Girault, l'un des riverains à l'origine de la pétition : "C'est un quartier où il y a beaucoup de familles, des enfants, des personnes âgées et on s'est rendu compte, notamment pendant le confinement, qu'il n'y avait pas de jardin. Il faut aller assez loin, soit à Victor Hugo, soit au Gué de Maulny. On a besoin de verdure et un jardin, c'est aussi un lieu de socialisation, où l'on peut se rencontrer, discuter. D'ailleurs, quand on fait du porte-à-porte dans le quartier pour faire part de notre idée, on trouve un très bon accueil." 

Stéphane Girault : "Des jardins, il n'y en a pas dans le quartier"

Si dans la forme, le projet n'est pas encore vraiment ficelé, l'idée commence à germer avec un collectif en construction, cette pétition qui a récolté plusieurs centaines de signatures en quelques jours et un courrier envoyé au maire afin de soumettre la proposition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess