Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Parc naturel régional de Millevaches lance la réalisation d'un observatoire photographique de ses paysages

-
Par , France Bleu Limousin

Le Parc naturel régional de Millevaches se prend en photo. Un photographe professionnel parcourt depuis le 15 février le territoire du PNR dans sa partie corrézienne pour prendre en photo des paysages. L'objectif est de réaliser un observatoire photographique du paysage.

Chaque photo donne lieu à un important travail de sélection mais aussi de réglages et mesures pour que l'on puisse retrouver l'emplacement exact d'où elle a été prise.
Chaque photo donne lieu à un important travail de sélection mais aussi de réglages et mesures pour que l'on puisse retrouver l'emplacement exact d'où elle a été prise. © Radio France - Philippe Graziani

Qui connaît bien protège bien. Voilà qui pourrait être un adage seyant bien à l'action du Parc naturel régional de Millevaches. Celui-ci a décidé de réaliser un observatoire photographique du paysage. Durant toute cette fin d'hiver, avant une deuxième campagne au printemps, Claude Belime, un photographe professionnel, prend en photo des paysages du parc, dans sa partie corrézienne. Les parties creusoises et haut-viennoises seront faites l'année prochaine.

S'approprier le paysage

"En regardant un paysage on imagine mieux les effets de nos actions sur le territoire" explique Florence Leplée, chargée de mission paysage au PNR de Millevaches. Car c'est bien là l'idée : permettre à chacun de s'approprier les paysages de son territoire et ainsi de mieux les protéger ou de mieux les faire évoluer. "Suivant comment on inscrit nos projets dans le paysage ça n'a pas toujours le même rendu" souligne Florence Leplée. Et qui ajoute : "parfois il suffit juste d'être vigilant pour que les choses se passent au mieux".

Une photo reproductible

Mais pour connaître l'évolution passée, et future, des paysages il faut pouvoir avoir des références. Et c'est bien l'importance d'un observatoire photographique. Claude Belime ne prend pas simplement des photos : il veille à ce qu'elles soient reproductibles par n'importe qui. "Pour prendre une photo, je mets une heure" dit-il. Car il faut tout régler, mesurer et consigner : la hauteur du trépied, l'angle de l'appareil, l'azimuth, l'emplacement exact de la prise de vue etc. "Le but c'est que n'importe qui puisse retrouver exactement où j'ai mis mon trépied". 

Des vieilles cartes postales

Il choisit lui-même les paysages qu'il prend en photo. Mais il  fait appel aussi aux habitants pour lui fournir des vieilles cartes postales pour refaire la même vue quand c'est possible. "J'ai rarement vu des choses qui ont changé autant" remarque-t-il. Preuve s'il en fallait que nos paysages ne sont pas éternels. Au final une cinquantaine de photos seront sélectionnées pour la postérité. Elles seront consultables sur un site internet dédié.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess