Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le projet de loi "Climat et résilience" est critiqué aussi au Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

À peine présenté, déjà critiqué. Le projet de loi "Climat et Résilience" est à l'ordre du jour du Conseil des ministres ce mercredi. "Il n’est pas à la hauteur des enjeux climatiques actuels", déplore l'association de défense de l'environnement basque Bizi.

Le projet de loi "climat et résilience" est présenté ce mercredi en conseil des ministre. Le texte est critiqué par plusieurs associations de défense de l'environnement, y compris au Pays Basque
Le projet de loi "climat et résilience" est présenté ce mercredi en conseil des ministre. Le texte est critiqué par plusieurs associations de défense de l'environnement, y compris au Pays Basque © Maxppp - Philippe DE POULPIQUET

Le projet de loi "Climat et Résilience" est présenté ce mercredi 10 février en Conseil des ministres. Selon le gouvernement, il reprend près de la moitié des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Les 150 Français tirés au sort avaient une mission : trouver des solutions pour réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre de la France d’ici 2030, par rapport à 1990. 

"Le compte n'y est pas"

Le texte est déjà critiqué par 110 organisations écologistes et de lutte contre la pauvreté. Elles interpellent le président de la République dans une lettre ouverte publiée ce mardi "le compte n'y est pas". L'association basque de défense de l'environnement ne fait pas partie des signataires mais partage cet avis. "Pour nous, la Convention citoyenne pour le climat était un très bel exercice démocratique. Ils ont donné naissance à un projet que l’on trouvait ambitieux. Pour nous, il pouvait vraiment marquer un pas en avant dans cette transition écologique. Le projet de loi qui en découle _n’est pas à la hauteur des enjeux climatiques actuels_", regrette Emmanuelle, bénévole au sein de l'association. 

Ils ont tout détricoté. La mesure qui visait à interdire les vols intérieurs si le trajet est faisable en moins de quatre heures en train. Cette mesure aurait eu un vrai impact. Mais finalement le projet de loi prévoit d’interdire les vols intérieurs que si le trajet peut se faire en moins de 2h30"

Elle souligne que les mesures reprises par le gouvernement sont "édulcorées" et cite plusieurs exemples : "La Convention citoyenne s’est prononcée en faveur d’une interdiction de la publicité pour les véhicules les plus polluants. Et ça s’est transformé en interdiction de faire la promotion des énergies fossiles. Sauf que c’est très _rare dans la publicité_. Autre exemple : la rénovation énergétique était proposée pour tous les propriétaires de logements. Au final il y a plein d’exceptions. Elle n’aura donc pas l’impact espéré. Ils ont tout détricoté. La mesure qui visait à interdire les vols intérieurs si le trajet est faisable en moins de quatre heures en train. Cette mesure aurait eu un vrai impact. Mais finalement le projet de loi prévoit d’interdire les vols intérieurs que si le trajet peut se faire en moins de 2h30"

"Il y avait 150 mesures qui permettaient de changer radicalement notre société mais Emmanuel Macron, les détricote et fait de la communication. Ce sera jugé sévèrement par l’histoire"

A ses côtés, Thibault,  un autre militant de l'association Bizi déplore "des mesurettes" : "On est à un moment de l’histoire par rapport à l’urgence climatique où on devrait arrêter de prendre des demi-mesures. Avec ce projet de loi climat, nous avions l’opportunité de prendre de réels engagements. Il y avait 150 mesures qui permettaient de changer radicalement notre société mais Emmanuel Macron, les détricote et fait de la communication. _Ce sera jugé sévèrement par l’histoire_"

L'Etat ne tiendra pas l'engagement pris à la COP 21 qui consistait à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030" 

Le projet de loi "climat et résilience" sera examiné à la fin du mois de mars, à l'Assemblée nationale. Emmanuelle espère que les députés vont amender le texte pour y réintroduire les mesures élaborées par la Convention citoyenne pour le climat. "Sans cela, l'Etat ne tiendra pas l'engagement pris à la COP 21 qui consistait à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030". 

Localement, l'association Bizi s'assure entre autres, que les élus qui ont signé le "pacte de métamorphose écologique" avant élections municipales, respectent leurs engagements.  46 candidats désormais élus sont concernés. Parmi eux les maires de Bayonne, Baigorri, Anglet ou Biarritz. "Ce qui représentent 62% du Pays Basque nord, précise Thibault. Certains signataires ne respectent pas la loi, donc nous leur rappelons leurs promesses". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess