Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le projet de passerelle sur le lac de Grandlieu rejeté par le tribunal administratif

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le tribunal administratif rejette encore une fois le projet de platelage sur le lac de Grandlieu. Il donne raison à l'association Bretagne vivante qui affirme qu'une telle passerelle générerait des nuisances pour la faune du lac.

Sur le lac de Grandlieu, la passerelle sera maintenue mais pas agrandie.
Sur le lac de Grandlieu, la passerelle sera maintenue mais pas agrandie. © Radio France - Julie Munch

Les habitants de Saint-Aignan-Grandlieu devront continuer à regarder les oiseaux de loin. L'extension du platelage sur le lac de Grandlieu ne sera pas reconstruite, ou en tous cas pas dans l'immédiat. Dans sa décision du 20 février, le tribunal administratif confirme le refus de délivrance de l'autorisation spéciale requise en zone Natura 2 000. Les quelques 100 mètres qui existent actuellement restent mais les 300 construits en 2016 puis démolis en 2018 ne seront pas remontés. C'est pourtant ce que la Ville projetait de faire.  

"Nous l'avions construit dans un but pédagogique. Si vous voulez que les gens respectent la nature il faut qu'ils s'en sentent proche et qu'il la connaissent", explique Jean-Claude Lemasson. Le maire de la commune regrette que ce but n'ai pas été compris par l'association écologiste Bretagne vivante. Ces derniers considèrent que la présence humaine perturbe la faune qui vit dans le lac. 

Déception et incompréhension

La décision du tribunal est vécue comme une injustice par certains Agnanais. Pour Gilles par exemple, le ponton est loin d'être la principale nuisance pour la faune.  "C'est ridicule comparé à d'autres problèmes comme les avions qui passent au dessus du village" affirme cet habitant.  Son incompréhension est partagée par le maire: "nous sommes dans une contradiction totale: vu l'intensification du trafic aérien le nombre d'oiseaux diminue et c'est déplorable. On se trompe totalement de problème", affirme-t-il. 

Jean-Claude Lemasson a la possibilité de faire appel.  Mais le maire sortant candidat à sa réélection prendra cette décision après le scrutin s'il est réélu face à l'autre candidat déclaré Denis Marot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu