Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le ras-le-bol d'un agriculteur vosgien : "il faut un péage sur la route des crêtes"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Alsace

Face à l'afflux de touristes dans le massif des Vosges cet été, l'éleveur laitier Florent Campello, installé à la Bresse, plaide pour un péage sur la route des crêtes. Il dénonce des nuisances à répétition.

La route des Crêtes offre de beaux panoramas, à plus de 1.000 mètres d'altitude
La route des Crêtes offre de beaux panoramas, à plus de 1.000 mètres d'altitude © Radio France - Isabelle Baudriller

Chaque jour, c'est le même ballet de cyclistes et de marcheurs. Des touristes qui traversent la parcelle de Florent Campello, à quelques mètres de son troupeau de vaches. Déchets, pollution, nuisances sonores, l'agriculteur subit toutes les conséquences de ce qu'il appelle le "tourisme de masse" dans les Vosges.

"Un dimanche, un 15 août ou un week-end du mois de mai, quand vous voyez la quantité de personnes qui s'agglutinent au même endroit, vous vous dites 'mais c'est pas possible !', s'énerve l'éleveur laitier, installé le long de la route des crêtes. Je suis vraiment pour qu'on fasse un tronçon payant avec des horaires."

On retrouve des masques dans les prés, ou même accrochés aux isolateurs des parcs ! Mais on se fout de notre gueule !"

Pour l'agriculteur, la plupart des touristes sont seulement de passage, ils ne consomment rien et détruisent la biodiversité locale. "Aujourd'hui, on mise sur le loisir, le VTT par exemple. Mais ç'a détruit une partie de la forêt, poursuit-il. Il y a trois ans, lors de la coupe du monde de VTT, on a même coupé l'eau destiné aux vaches parce qu'ils en avaient besoin pour nettoyer les vélos !" 

Depuis le déconfinement, le phénomène est accéléré, avec des déchets qui jonchent le massif. "On était déjà à un niveau très élevé mais là je pense qu'on est bien monté à deux crans au-dessus, s'exaspère Florent Campello. On retrouve des masques dans les prés, ou même accrochés aux isolateurs des parcs ! Mais on se fout de notre gueule !"

L'agriculteur dénonce des infrastructures insuffisantes  : aucune poubelle n'est disposée sur la route des crêtes par exemple.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess