Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La sécheresse met les arbres de la forêt limousine en danger

-
Par , France Bleu Limousin

Partout en Limousin on abat des arbres desséchés, morts et qui menacent de tomber. Certaines essences sont touchées directement par le manque d'eau ou par la chaleur, d'autres sont attaquées par des insectes que la sécheresse favorise. Les dégâts sont déjà visibles.

Les résineux sont très impactés par la sécheresse. Le sapin de Vancouver ou encore l'épicéa en Limousin particulièrement
Les résineux sont très impactés par la sécheresse. Le sapin de Vancouver ou encore l'épicéa en Limousin particulièrement © Radio France - Noémie Philippot

La sécheresse va faire changer de visage nos forêts. Il y a déjà des illustrations en Limousin. Dans de nombreux secteurs l'Office National des Forêts a dû abattre des arbres. Dans le domaine de Sédières à Clergoux en Corrèze elle a même dû faire interdire le passage des randonneurs et vététistes en raison du risque de chutes de branches voire d'arbres entiers.

L'épicéa condamné en Limousin

Le phénomène va en s'amplifiant selon les spécialistes. "Les arbres réagissent avec des retardements aux sécheresses" expliquent Éric Paillot, de la Coopérative Forestière Bourgogne Limousin. C'est ainsi que certaines espèces ont depuis longtemps déjà montré des signes de faiblesses, tel le sapin de Vancouver, le hêtre ou encore l'épicéa commun. D'autres commencent seulement à être touchées comme le mélèze, et même le châtaigner par endroit. 

Il faut donc s'attendre à une évolution, certes sur de nombreuses années, de la forêt en Limousin avec des essences qui vont disparaître peu à peu. C'est le cas de l'épicéa. Mais avec d'autres qui peuvent apparaître ou tout au moins devenir plus importantes. "Le climat qui se réchauffe va permettre à certaines espèces de prendre la dominance parce qu'elles sont plus fortes par rapport à d'autres" souligne Sylvestre Coudert, expert forestier en Corrèze. 

Des nouvelles essences

L'ONF partout en France cherche des solutions, des adaptations. C'est ainsi que l'office des forêts de Nouvelle-Aquitaine participe au programme Neo Terra de la grande région sur la transition écologique. Dans ce cadre il a lancé un programme sur trois ans visant à créer des "îlots d'avenir". Il s'agit de terrains de 2 hectares sur lesquels seront testées des essences d'arbres. "On va tester ce qu'on appelle des migrations, à caractère inter-régional ou international" précise Philippe Durand, le directeur de l'ONF en Limousin. 

Il s'agira soit d'essences jusqu'à présent inconnues dans la région, soit des variétés déjà présentes mais qui seront prises dans des régions plus chaudes et où elles sont déjà acclimatées. C'est le cas par exemple du chêne sessile. L'idée est aussi d'étudier des arbres qui semblent bien résister dans la région. "S'ils fonctionnent très bien, il faut continuer avec" conclut Philippe Durand. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess