Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le numérique consomme cinq fois plus de ressources naturelles que le parc automobile français, selon une étude

-
Par , France Bleu

Selon une étude réalisée par le cabinet d'experts Green It, dévoilée par franceinfo lundi 21 octobre, le secteur du numérique pioche beaucoup plus dans les réserves naturelles que le secteur automobile. C'est principalement la fabrication des produits qui est mise en cause.

Distribution de tablettes numériques dans un collège de Haute-Saône (photo d'illustration).
Distribution de tablettes numériques dans un collège de Haute-Saône (photo d'illustration). © Radio France - Jean-François Fernandez

France

Le secteur numérique consomme cinq fois plus de ressources naturelles que le parc automobile français : voilà ce que révèle un rapport produit par le cabinet d'experts Green It, révélé par franceinfo lundi 21 octobre. Selon cette étude, nos téléphones, ordinateurs et autres écrans plats ont un lourd impact sur l'environnement : le numérique est responsable de 4% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Cette étude doit contribuer au prochain rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

75% des impacts liés à la fabrication

D'après Green It, c'est principalement la fabrication des objets numériques qui est en cause : en effet, 75% des impacts lui sont liés, loin devant les réseaux ou les centre de données. Dans le contexte d'une multiplication par 48 du nombre d'objets connectés d'ici 2025, les auteurs de l'étude pensent donc qu'il faut étudier la question de la production. En effet, ils estiment que le secteur va multiplier ses impacts sur la planète par trois d'ici 2025. 

Le recyclage doit donc également devenir prioritaire pour les industriels du secteur. En effet, outre le risque d'aggraver la crise écologique, certaines matières premières pourraient venir à manquer. Par exemple, la planète ne possède que douze ans de réserves d'antimoine, une substance chimique utilisée dans beaucoup de biens électroniques. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu