Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les abeilles ont-elles vraiment profité du confinement ?

-
Par , France Bleu

Un peu d'optimisme pour la journée mondiale des abeilles, ce mercredi 20 mai. En raison du confinement des humains, ou tout simplement d’une météo clémente, l'excellente floraison profite aux abeilles.

Abeille butinant du lavandin. Juillet 2019.
Abeille butinant du lavandin. Juillet 2019. © Radio France - Aurélie Lagain

La journée mondiale des abeilles des Nations Unis, ce mercredi 20 mai, est l'occasion de prendre de leurs nouvelles . Menacées de disparition ces dernières années en raison de la pollution et des pesticides, elles auraient profité du confinement lié au Covid-19 ou plus simplement de la météo. 

Parcs, jardins et accotements des routes en fleurs 

Avec des parcs et jardins vidés des "humains" en ville, des accotements de routes qui n’ont pas été fauchés cette année, les fleurs ont bien poussé. Les abeilles ont pu butiner en toute tranquillité.  L’image est un peu trop bucolique pour certains apiculteurs, qui y voient surtout l’effet de la météo. “Le confinement n’y est pour rien du tout”, s’amuse André Couty, le président du syndicat de l’abeille creusoise.  L’absence de vent, de pluie a protégé la fragile fleur d’acacia selon Philippe Lunel, apiculteur professionnel à Saint-Sernin dans le sud Ardèche, interrogé par France 3

L’effet du réchauffement climatique 

La douceur des hivers que l’on constate depuis des années est particulièrement marquée en 2020. “L’exceptionnelle floraison est surtout due à une précocité de la saison. Les ruches ont un mois d’avance. C'est l’effet du réchauffement climatique”, explique sur France Bleu Dominique Céna, apiculteur en Île-de-France secrétaire général du syndical des apiculteurs Unaf.  

Prise de conscience de l'utilité des abeilles 

D'autres y voit plutôt l’effet d’une agriculture plus raisonnée. “_Les agriculteurs sont beaucoup plus attentifs aux produits qu'ils utilisent et aux heures où ils les répandent dans les champs_ estime Pascal Perroneau, le PDG de la société Apidis - "les ruchers de Bourgogne". Il se félicite aussi de la prise de conscience collective sur le rôle très important des abeilles dans notre alimentation. Il rappelle que ces insectes sont les principales pollinisatrices et sans elles, les fleurs ne deviendraient pas des fruits ou des légumes.  

Prudence à cause de la sécheresse 

Quelque soient les raisons invoquées, tous s’accordent pour miser sur une excellente récolte cette année. En tout cas pour l’instant. Mais attention, la saison est encore longue. La sécheresse menace, le châtaignier souffre du manque d’eau en Ardèche, note France 3 qui rappelle le dicton d'anciens apiculteurs : "Il ne faut pas vendre le miel avant qu'il ne soit en pot ". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu