Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les abeilles ont souffert de la sécheresse en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Les canicules et la sécheresse ont empêché les abeilles de butiner normalement. Les apiculteurs sarthois amateurs, présents à la Fête du miel et des confitures, dimanche 25 août, déplorent une baisse de leur production.

Sur les stands de la Fête du miel et des confitures, au Mans, il y avait moins de pots de miel que d'habitude.
Sur les stands de la Fête du miel et des confitures, au Mans, il y avait moins de pots de miel que d'habitude. © Radio France - Clémentine Sabrié

Les abeilles sarthoises n'ont pas apprécié la sécheresse et les canicules. C'est le constat que dressent plusieurs apiculteurs amateurs, à la Fête du miel et des confitures, à l'Arche de la nature, ce dimanche. Les butineuses ont surtout souffert de la pauvreté des plantes flétries par le manque d'eau. "Il a fait trop chaud, alors la fleur n'a pas fait de nectar", explique Claudius Saltel, agriculteur à la retraite. Il a des ruches depuis 20 ans à Rahay, près de Saint-Calais.

Deux tiers de perte de production

"Au moment de la floraison de l'acacia, on a eu froid, on a eu chaud", se rappelle Henri Ménard. Ce retraité possède des ruches à Beaufay et Sillé-le-Philippe depuis les années 1990. Conséquence : "La fleur ne s'est pas développée, les abeilles ne sont pas sorties." Ses abeilles n'ont donc pas produit de miel d'acacia.

"L'an dernier, j'avais 25 kg par ruche. Cette année j'ai 10 kg."

Comme lui, Claudius Saltel déplore une perte de deux tiers de sa production habituelle. Tous deux ne se plaignent pas plus que ça, comme ils ne comptent pas sur le miel pour vivre financièrement. "Mon plaisir avant tout c'est de faire de l'élevage d'abeilles pour essayer de perdurer l'espèce", précise Henri Ménard. Il veille donc au bien-être de ses insectes rayés, en leur donnant de l'eau et du sucre s'ils n'ont plus rien à manger dans la nature.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess