Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agriculteurs de l'Yonne à l'épreuve d'un été 2020 qui s'annonce sec

-
Par , France Bleu Auxerre

Le comité national de l'eau l'a annoncé via une carte de France présentée par le gouvernement la semaine dernière : 53 départements de France, dont l'Yonne, risquent de devoir surmonter des épisodes de sécheresse cet été. Une situation inquiétante pour les agriculteurs icaunais.

Les agriculteurs de l'Yonne à l'épreuve d'un été 2020 qui s'annonce sec (illustration)
Les agriculteurs de l'Yonne à l'épreuve d'un été 2020 qui s'annonce sec (illustration) © Maxppp - Christian Watier

Après deux étés 2018 et 2019 particulièrement secs dans l'Yonne, celui de 2020 pourrait bien suivre le même chemin. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique Emmanuelle Wargon a présenté la semaine dernière une carte de France réalisée par le comité national de l'eau. Elle révèle que 53 départements sont susceptibles de subir des épisodes de sécheresse durant le prochain été

Une situation qui ne font pas les affaires notamment des agriculteurs icaunais. Après un hiver trop pluvieux et un printemps trop sec, c'est l'été 2020 qui risque de diminuer la rentabilité de leur travail. Sur la carte en question, l'Yonne n'apparaît toutefois pas dans les départements dont le risque d'épisodes de sécheresse est « très probable ».

Sur cette carte réalisée par le comité national de l'eau, 53 départements de France présentent des risques de « possible » à « très probable » d'épisodes de sécheresse cet été. - Ministère de la Transition écologique
Sur cette carte réalisée par le comité national de l'eau, 53 départements de France présentent des risques de « possible » à « très probable » d'épisodes de sécheresse cet été. - Ministère de la Transition écologique © Visactu

Des solutions de repli pour s'adapter à la sécheresse et au manque de précipitations

Damien Brayotel est président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles 89 mais aussi agriculteur à Saint-Julien-du-Sault. Pour lui, la situation météorologique est préoccupante mais pas inquiétante. Il s'agirait finalement d'imaginer des solutions pour s'adapter aux forts épisodes récurrents de sécheresse, même s'il conçoit que rien n'est faisable en une année seulement et que les coûts sont importants. « Le problème des nouvelles cultures, ce sont les débouchés. S'il n'y a pas de débouchés rémunérateurs, ça n'apporte rien de plus. » 

Parmi ces nouvelles cultures, Damien Brayotel pointe du doigt le sorgho : « Il commence à se développer mais avec peu de débouchés, sauf pour l'alimentation animale. Mais les filières de production d'aliments pour le bétail utilise d'autres céréales. Il faudra donc remplacer une d'elles par le sorgho et créer ses propres débouchés. »

Autre solution : resemer une culture d'orge après la récolte en avance de cette année. Mais encore une fois, cette solution est un vrai pari selon le président de la FDSEA 89. « Si jamais il y a un peu d'eau, cela peut faire une deuxième récolte dans l'année même si elle n'est pas importante. C'est un peu des coups de poker : est-ce que cet été on aura un peu d'eau ? Si l'on sème au 15 juin une deuxième culture, il en faut forcément un minimum. » Sauf que pour le moment, personne ne peut prédire avec certitude la météo à moyen et long terme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess