Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les animaux mâles sont surreprésentés dans les musées d'histoire naturelle

-
Par , France Bleu

Il y a beaucoup plus d'animaux mâles dans les collections des musées d'histoire naturelle européens et américains. C'est la conclusion d'une grande étude britannique dans cinq grands muséums. Et cette surreprésentation n'est pas un hasard. Il y a des raisons à cette situation.

Au museum d'histoire naturelle de Paris, il y a aussi plus d'animaux mâles.
Au museum d'histoire naturelle de Paris, il y a aussi plus d'animaux mâles. © Maxppp - Marlene Awaad

La surreprésentation des animaux mâles dans les musées d'histoire naturelle est une réalité. Une grande étude britannique vient de le démontrer après l'analyse de 2,5 millions d'oiseaux et de mammifères conservés dans cinq grands muséums à Paris, Londres, New York, Washington et Chicago. 

Et les chiffres parlent d'eux-mêmes. 40% des oiseaux et 48% des mammifères, en moyenne, sont des femelles. Mais surtout ce pourcentage est particulièrement faible pour de nombreuses espèces, comme par exemple certains passereaux (9,7% de femelles), les gobemouches noirs (11,5%), les chauve-souris (9,9%), les ovins (24%) ou les belettes (24%). 

Pourquoi y a-t-il surreprésentation des animaux mâles ? 

Il y a une surreprésentation des animaux mâles d'abord à cause d'une sélection volontaire au moment d'attraper les bestioles. Dans la nature c'est plus simple d'attraper des mâles car on les voit bien mieux que ces dames. Ils sont très souvent plus gros, plus grands. Et aussi, séduction oblige, plus colorés et plus flamboyants

Le hasard joue aussi. Ce jour-là, il n'y avait que des gars dans la forêt. 

Et puis, il y a le comportement de ces messieurs. Comme les oiseaux garçons qui se font piéger à tous les coups par les cris d'autres mâles. Un démon de la concurrence qui épargnent les femelles et leur évitent les cages. 

Et puis, au 19e siècle quand ces animaux ont été chassés, dans les musées il n'y a presque que des hommes

Une surreprésentation qui fausse la recherche scientifique

Même si on n'est plus au 19e siècle, cette surreprésentation des animaux mâles a faussé et fausse toujours la recherche scientifique

Aujourd'hui par exemple ça rend très compliqué de savoir comment le corps des animaux va s'adapter au changement climatique.  

Ce qui prouve que sans les femelles pas moyen d'avoir un tableau complet du vivant. Et c'est vrai pour toutes les espèces.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu