Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les anti-bassines du Poitou-Charentes entendus par l'Europe

Le collectif "Bassines non merci" était auditionné ce mardi 23 mars par la commission PETI de l'Union européenne. Elle a donné un avis positif aux opposants du projet de construction de bassines pour l'irrigation en Deux-Sèvres, Charente-Maritime et Vienne.

Le combat des anti-bassines est porté désormais au niveau européen
Le combat des anti-bassines est porté désormais au niveau européen © Radio France - Noémie Guillotin

"La pétition reste ouverte", dit en espagnol la présidente de la commission PETI. Cette commission qui permet à des citoyens d'alerter l'Union européenne sur le non respect de ses directives se penchait ce mardi 23 mars sur la requête des opposants au projet de 16 retenues d'eau sur le bassin de la Sèvre niortaise. Selon eux, les bassines ne respecterait pas neuf directives européennes comme la directive cadre sur l'eau ou la directive nitrate.

C'est une grosse victoire

Les auditions ont duré 25 minutes. Sur la fin, certains députés sont pressés de faire vite car la séance a pris du retard. Mais le résultat est là pour les anti-bassines. "C'est une grosse victoire", se réjouit Lucille Richard. C'est cette Charentaise-Maritime qui a pris la parole pour le collectif "Bassines non merci". "Des courriers vont être envoyés aux instances nationales et régionales françaises pour leur demander des explications sur les volumes, justifier la réelle substitution et les financements publics".

Pétition bientôt mise en ligne

Une décision "pleine d'espoir" se félicite également le Deux-Sévrien Julien Le Guet, porte-parole du collectif "Bassines non merci". "Peut-être qu'aujourd'hui le garde-fou, l'espoir par rapport à la sauvegarde de l'environnement il est pas tant à l'échelle de notre gouvernement qu'à l'échelle européenne. On voit bien qu'à l'échelle du gouvernement, les intérêts privés sont très représentés et que dès qu'on regarde le territoire avec de la hauteur et qu'on considère les choses dans leur ensemble, ce projet ne tient pas la route".

La pétition va aussi être mise en ligne prochainement pour que tous les citoyens européens qui le souhaitent puisse la signer. Et Julien le Guet n'hésite pas à afficher les ambitions du collectif : suivre les traces de "L'Affaire du siècle". Pétition qui avait recueilli plus de deux millions de signatures et avait abouti à la condamnation de l'Etat français pour inaction en matière climatique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess