Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les défenseurs de l'ours manifestent à Foix

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Il y a bien une manifestation pro ours, ce samedi matin, dans la préfecture de l'Ariège après la décision du tribunal administratif de Toulouse de suspendre l'arrêté d'interdiction. La préfecture avait, jeudi, préféré l'interdire en raison de risques de troubles à l'ordre public.

La manifestation pro-ours a été organisée après la mort du cadavre d'un ours abattu par balles le 9 juin dernier près de la frontière espagnole.
La manifestation pro-ours a été organisée après la mort du cadavre d'un ours abattu par balles le 9 juin dernier près de la frontière espagnole. © AFP - Rémy Gabalda

Ils sont une cinquantaine de manifestants rassemblés, ce samedi matin, devant la préfecture de Foix, en Ariège pour réclamer la défense de l'ours dans les Pyrénées, dix jours après la découverte d'un ours abattu par balles, non loin de la frontière espagnole. L'événement, encadré par une vingtaine de policiers, est organisé par plusieurs associations pour dénoncer la mort de l'animal que les agents de l'office français de la biodiversité ont retrouvé, le 9 juin dernier, en pleine montagne, précisément au lieu dit de Gérac à Ustou : un jeune mâle d'environ 4 à 5 ans, pesant entre 150 et 180 kilos.

"Chasseurs = milices = meurtriers", message que l'on peut lire sur une pancarte de manifestant pour la défense de l'ours à Foix.
"Chasseurs = milices = meurtriers", message que l'on peut lire sur une pancarte de manifestant pour la défense de l'ours à Foix. © Radio France - Marius Delaunay

Des risques de troubles à l'ordre public

La préfète d'Ariège, Chantal Mauchet, a surpris les organisateurs, jeudi, en interdisant la tenue de la manifestation "susceptible de créer des tensions entre les partisans de la réintroduction de l’ours et des acteurs du monde rural du massif pyrénéen". Elle avait également évoqué des risques de projets de contre-manifestation observés sur les réseaux sociaux. 

Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté ces motifs qu'il juge "infondés". Ce qui a rassuré les organisateurs mais déçu Alain Marek, le délégué ariégeois de l'ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages)  : "On avait bien mobilisé, on avait tout organisé. On avait tout préparé pour qu'il y ait beaucoup beaucoup de monde".

Toujours une récompense promise par Sea Sheperd

L'Etat avait rapidement annoncé sa décision de porter plainte. Mais, la présidente du conseil départemental d'Ariège, ces derniers jours, elle, a appelé au silence de la montagne après que l'organisation non gouvernementale Sea Sheperd propose 30.000 euros de récompense à celui ou celle qui retrouvera le meurtrier de l'ours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu