Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les Dijonnais à la découverte du vieux réservoir Darcy

-
Par , France Bleu Bourgogne

A Dijon, le plus ancien réservoir d'eau potable de la ville est ouvert à la visite ce week-end. Situé sous le square Darcy, il a été construit en 1840 sous les ordres de l'ingénieur du même nom. Aujourd'hui, on y stocke de l'eau non potable utilisée pour nettoyer et arroser.

28 mètres de diamètre, c'est un réservoir voûté bordé d'arcades
28 mètres de diamètre, c'est un réservoir voûté bordé d'arcades © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

C'est désormais un rendez-vous automnal chaque année à Dijon : on peut visiter le réservoir Darcy, en profitant de sa vidange pour des opérations de maintenance.  Situé sous le jardin Darcy, ce réservoir entré en service en 1840 est le témoin de la première adduction d'eau potable à Dijon, conçue par l'ingénieur hydraulicien Henry Darcy. A l'origine, il était alimenté par une conduite d'eau souterraine de 12 km de long, depuis le Val Suzon.

Dijon était en 1840 la deuxième ville d'Europe la mieux desservie en eau potable

C'est muni d'un casque de chantier ( Il faut franchir à un moment un étroit couloir bas de plafond), que les visiteurs empruntent l'escalier qui descend dans les profondeurs du réservoir. Geoffroy Deleval les guide, il est ingénieur chez Suez Eau, délégataire du service eau et assainissement à Dijon. Parvenu au fond de l'ouvrage circulaire, il précise qu'en temps ordinaire, les visiteurs seraient sous 4,50 à 5 mètres d'eau. D'une capacité de 2.300 mètres cubes, le réservoir est conçu pour résister à la pression de l'eau. L'ingénieur Darcy a vu large : "aujourd'hui on ne le referait pas comme ça, on n'en aurait pas besoin. Mais il a sans doute eu peur des pressions, et il a vu très large".

Construit à une époque où la ville souffrait des épidémies dues à l'eau croupie des puits, l'ouvrage avait été une telle réussite, qu'avec un débit de 7000 litres à la minute, il avait fait de Dijon la deuxième ville d'Europe la mieux desservie en eau potable après Rome. 

Bien connue des Dijonnais, cette construction qui domine le jardin Darcy, abrite l'entrée du réservoir. - Radio France
Bien connue des Dijonnais, cette construction qui domine le jardin Darcy, abrite l'entrée du réservoir. © Radio France - Jacky Page

Aujourd'hui, de l'eau non potable est utilisée pour arroser et nettoyer

Aujourd'hui, avec le réservoir de Montmuzard, qui avait complété le dispositif au XIXe siècle, le vieux réservoir ne contient plus d'eau de source, mais de l'eau non potable, pompée dans les profondeurs du parking de la Trémouille, qui baigne dans la nappe phréatique et nécessite un drainage permanent. Cette eau, autrefois rejetée dans les égouts, est devenue depuis la construction des voies du tramway une "eau verte", à vocation écologique, en économisant de l'eau potable. "Les fontaines publiques, les espaces engazonnés du tramway, le nettoyage des quais du tram et le remplissage des balayeuses. Tous ces usages à Dijon sont alimentés par le réseau eau verte".

Réservations un an à l'avance

Avec la sécheresse cette année, on a failli manquer de cette eau verte : "l'eau a été utilisée avec parcimonie, et justesse, pour qu'on ne soit pas à sec, parce qu'il faut arroser un petit peu, mais tous les jours". De retour à l'air libre, les visiteurs commentent leur promenade sous le jardin Darcy : "j'ai découvert ce qu'était vraiment un réservoir", résume Marie-France. "L'histoire était aussi intéressante, Parce quand on sait ce qu'ils ont fait à l'époque, c'est assez impressionnant". Hervé pour sa part retient l'utilité contemporaine de l'ouvrage : "l'eau récupérée qui permet d'arroser les voies du tramway, je pense que c'est une solution très intéressante".

Prochaines visites ce dimanche 24 novembre, puis le 30 novembre et le 1er décembre. Mais attention, c'est uniquement sur réservation, en appelant au  03 80 42 11 59 du lundi au vendredi, de 9 heures à midi et de 14 heures à 17 heures. C'est un tel succès qu'on peut même réserver pour l'année prochaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu