Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les routes du Cher se fissurent à cause de la sécheresse

-
Par , France Bleu Berry

Il n'y a pas que les maisons qui se fissurent à cause de la sécheresse, les routes aussi. Le conseil départemental du Cher débloque 500.000 euros pour reboucher les nombreuses fissures qui apparaissent sur son réseau routier.

La RD 6 à Le Pondy, près de St-Amand-Montrond (Cher)
La RD 6 à Le Pondy, près de St-Amand-Montrond (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Département Cher, France

740 km de routes sont concernés sur les 4.600 du réseau du département du Cher  (auxquels s'ajoutent des travaux identiques à prévoir sur les routes communales). Ces problèmes apparaissent dans le Vierzonnais, le Sancerrois, le St-Amandois et la région de Dun sur Auron, notamment. Là où on trouve beaucoup d'argile dans le sous-sol : " C'est effectivement des fissures dues à des soucis argileux, explique Alain Bliaut, responsable des chaussées au conseil département du Cher. Manquant d'eau, l'argile se rétracte et le sol s'affaisse. Du coup, une fissure se met en place. Elle est longitudinale. Elle peut mesurer cinq cm de large, voire plus et descendre jusqu'à un mètre de profondeur.  Il faut faire très attention car si la fissure est large et qu'elle s'accompagne d'un affaissement sur le côté de la chaussée, les véhicules auront peut-être tendance à dévier de leur droite pour circuler et on peut avoir un risque plus marqué de collision." 

Ces fissures peuvent courir sur de longues distances et atteindre un mètre de profondeur. - Radio France
Ces fissures peuvent courir sur de longues distances et atteindre un mètre de profondeur. © Radio France - Michel Benoit

Mais malheureusement, il n'existe aucun procédé technique pour éviter ces mouvements de terrain et protéger les routes. Des tests sont effectués pour voir ce qu'il serait possible de faire. Certains consistent à disposer une géo-grille en matière synthétique dans l'enrobé de la route. Un autre essai, réalisé à Morlac (Cher) a consisté à enterrer une géo-membrane sur deux mètres de profondeur pour éviter les échanges d'eau au niveau de l'argile. Cela a l'air assez efficace, mais aucune technique ne se dégage pour l'instant. Ces 500.000 euros débloqués ne permettront même pas de consolider les chaussées en profondeur : " Pour l'instant, c'est du palliatif, regrette Daniel Fourré, vice-président chargé des routes au conseil départemental du Cher. Il faudra intervenir à nouveau plus tard. On est obligé d'intervenir rapidement pour la sécurité des usagers. Ils doivent vraiment ralentir car cela peut être dangereux. C'est la première fois, que ces fissures apparaissent à une telle ampleur. " Tous les départements de la région Centre Val de Loire sont confrontés à ce problème.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu