Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les zones humides, ces "châteaux d'eau" bien utiles contre la sécheresse et les inondations

-
Par , France Bleu Occitanie

Ces zones, avec une végétation adaptée, jouent un vrai rôle d'éponge. L'eau captée en hiver, particulièrement avec ces derniers jours de pluie, sera très utile lors de la saison sèche. Exemple dans le Tarn-et-Garonne.

A Cazes-Mondenard, la zone humide a commencé à être restaurée en 2014.
A Cazes-Mondenard, la zone humide a commencé à être restaurée en 2014. © Radio France - Mathieu Ferri

Ca ne saute peut-être pas aux yeux, mais les zones humides de la région sont peut-être en train de nous sauver de la sécheresse, et des inondations. Petit à petit, le Conservatoire des Espaces naturels d'Occitanie achète des terrains pour y adapter la végétation, et en faire des vraies éponges, capables de retenir un maximum d'eau. Des tourbières ou des marécages, le plus souvent, mais pas seulement. Il y en a environ 100.000 hectares en Occitanie, dont 3.600 dans le Tarn-et-Garonne,avec notamment la zone humide de Cazes-Mondenard, qui a commencé à être restaurée en 2014.

D'ailleurs, quand il vante les qualités des zones humides, Hervé Brustel n'est pas sur la retenue. Pour le vice-président du conservatoire d'espaces naturels en Occitanie, elles jouent un vrai rôle de château d'eau : "quand il pleut beaucoup, il y a une séquestration de l'eau. Elle est retenue, elle s'écoule et s'infiltre.

Et puis quand il fait plus sec, elle sera relarguée doucement, naturellement, et viendra soutenir l'étiage des rivières". Ces zones naturelles ont fait le plein ces derniers jours, avec les fortes pluies. Sachant qu'un mètre carré de zone humide peut stocker jusqu'à un mètre cube d'eau !

Un rôle de tampon face aux inondations

Mais ces zones il faut les travailler, voire les restaurer. Planter de la végétation adaptée, combler les fossés pour éviter que l'eau s'écoule trop vite. C'est le rôle du conservatoire, qui rachète des terres dans toute la région. Et puis surtout, ces zones humides, peuvent être un complément à des lacs artificiels, que parfois les agriculteurs réclament.

"Ce n'est pas la seule réponse, mais c'est une réponse en terme de stockage et d'adaptation au changement climatique" juge Agnès Langevine, vice-présidente de la région Occitanie, en charge de la transition écologique.

Ces zones humides sont également très précieuses en cas d'inondation, et de fortes pluies, comme il y en a eu ces derniers jours dans le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aveyron ou le Gers. Ces éponges retiennent une partie de l'eau, qui va s'écouler moins fort ailleurs, et donc limiter les dégâts, explique Guillaume Choisy, le directeur général de l'Agence de l'eau Adour-Garonne : "si on ne les avait pas, c'est sûr que les rivières auraient un débit plus important et dégraderaient encore plus les berges, les rivages, etc. Les zones humides sont des tampons de la crue".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess