Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Limitation d'épandage des pesticides : le gouvernement se prononcera fin décembre

La secrétaire d'Etat à la transition écologique affirme ce dimanche 8 décembre que le gouvernement d'ira d'ici la fin du mois à quelle distance il compte interdire l'épandage des pesticides autour des habitations.

Rassemblement du mouvement "Nous voulons des Coquelicots" à Besançon le 2 novembre 2018.Gros plan sur une broche avec le slogan "stop pesticides".
Rassemblement du mouvement "Nous voulons des Coquelicots" à Besançon le 2 novembre 2018.Gros plan sur une broche avec le slogan "stop pesticides". © Radio France - Anne Fauvarque

Les choses se précisent, ou presque. Ce dimanche 8 décembre 2019, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon affirme sur France Info que le gouvernement se prononcera d'ici la fin du mois de décembre sur la distance d'épandage des pesticides par rapport aux habitations.

Le débat a été mis sur la table par le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff. Au début de l'année, l'élu a pris un arrêté limitant l'usage des produits phytosanitaires autour des habitations de sa commune. Le texte a été retoqué par la justice mais d'autres élus ruraux.

Entre cinq et dix mètres

La décision prise par l'élu breton et soutenu par d'autres maires depuis a poussé le gouvernement a lancer une consultation sur le sujet. "Nous rendrons une décision sur la base de cette consultation, pour le moment il est trop tôt," précise la secrétaire d'Etat. Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avait évoqué mi-novembre une annonce "début décembre". La consultation publique lancée début septembre a recueilli plus de 50.000 avis.

"Quand nous avons mis en consultation, nous avons dit entre trois, cinq et dix mètres et donc on sera probablement dans cet ordre de grandeur-là pour les zones dites de non-traitement" entre les habitations et les cultures, a rappelé Emmanuelle Wargon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu