Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Loi anti-gaspillage : s'habiller en préservant la planète

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Un amendement porté par le député socialiste de Meurthe-et-Moselle Dominique Potier a été adopté mardi 10 décembre à l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi anti-gaspillage. Il prévoit l'affichage du mode de production des vêtements. L'élu défend la qualité environnementale et sociale.

Dominique Potier a porté cet amendement pour la qualité sociale et environnementale des vêtements
Dominique Potier a porté cet amendement pour la qualité sociale et environnementale des vêtements © Maxppp - Thomas Padilla

Dominique Potier le dit lui-même : l'amendement qu'il porte a été adopté "contre toute attente, vraiment contre toute attente". Voté par 34 voix contre 32 ce mardi soir à l'Assemblée nationale dans le cadre de la loi anti-gaspillage examinée en première lecture depuis lundi 9 décembre. 

Que prévoit cet amendement ? L'obligation pour les industriels de l'habillement d'un affichage environnemental et social, par exemple via l'étiquette. Un affichage qui interviendra "dans quelques années et après une expérimentation", selon le député socialiste de Meurthe-et-Moselle. 

"Pour que les enfants aillent à l'école et pas à l'usine"

"Il faut savoir que le textile sur la planète, c'est 10% des gaz à effet de serre, c'est plus que le transport aérien et maritime confondu", souligne Dominique Potier. "C'est 25% des pesticides utilisés sur la planète notamment dans les champs de coton et 500 000 tonnes de micro-plastique qui sont répandus dans les océans". 

Pour l'élu du Toulois, "c'est aussi une manière de respecter les droits humains, éviter l'esclavage des enfants. Fabriquer un monde plus juste : on peut dépolluer et payer dignement les personnes pour que les enfants aillent à l'école et pas à l'usine".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu