Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malgré le confinement, la qualité de l'air est mauvaise en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

En raison du confinement et d'une circulation automobile limitée, on pouvait s'attendre à une amélioration de la qualité de l'air en Bretagne. Eh bien, il n'en est rien. Selon Air Breizh, ce vendredi 27 mars elle est de niveau 8, soit mauvais à très mauvais. On vous explique pourquoi.

Mesure de la qualité de l'air
Mesure de la qualité de l'air © Maxppp - Philippe Chérel

Depuis l'instauration du confinement pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, la circulation automobile a nettement diminué. On sait qu'elle est responsable de la pollution aux particules fines et au dioxyde d'azote dans nos villes.  Mais en Bretagne la qualité de l'air de ce vendredi 27 mars est qualifiée de mauvaise à très mauvaise par Air Breizh. Elle est de niveau 8 dans les Côtes d'Armor, le Finistère et l'Ille-et-Vilaine et 7 dans le Morbihan.

L'épandage parmi les causes

En fait si la pollution au dioxyde d'azote a baissé, ce n'est pas le cas des particules fines. "En temps normal", explique Alain Laplanche président de Air Breizh, "la météo permet de dissiper la pollution, mais actuellement nous avons des températures minimales fraiches et des températures maximales élevées en journée et l'air chaud ne monte pas dans l'atmosphère, c'est comme si on avait mis un couvercle sur une cocotte minute". Conséquence les concentrations au sol s'accumulent et ne se dispersent pas. "Actuellement nous sommes en pleine période d'épandage dans les champs et aussi d'utilisation du chauffage chez les particuliers, notamment au bois" précise Alain Laplanche.  Cette situation s'était renouvelée à plusieurs reprises en 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu