Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marais audomarois : une plainte contre X, après la découverte d'un balbuzard blessé par un plomb de chasse

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le Parc naturel des Caps et Marais d’Opale porte plainte contre X, pour "destruction d’espèce protégée". Le gestionnaire du Marais de Saint-Omer vise le chasseur qui a tiré sur un balbuzard. Ce rapace protégé a été retrouvé gravement blessé le week-end dernier, à Tilques.

Il n'existe plus que 90 couples de balbuzards en France, dont une grande partie en Corse.
Il n'existe plus que 90 couples de balbuzards en France, dont une grande partie en Corse. © Maxppp - Pierre-Antoine Fournil

Le balbuzard pêcheur est une espèce rare -il n’existe plus que 90 couples en France- et protégée. Or, un de ces rapaces est actuellement soigné pour une blessure à l'aile, due à un plomb, dans une clinique vétérinaire de Wizernes, près de Saint-Omer.

Avec ses 1,70 m d'envergure, l'oiseau a été retrouvé par un randonneur, le week-end dernier, à Tilques. Il a été visé par un chasseur. Et même s'il est encore trop tôt pour dire si ce rapace s'en remettra, le préjudice pour la biodiversité est bien là. C'est pour cela que le Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale dépose plainte contre X pour "destruction d'espèce protégée".

Impossible de le confondre

"C'est assez inadmissible d'avoir une espèce aussi patrimoniale qu'un balbuzard pêcheur qui, au XXIème siècle, se prend encore une cartouche, en période de migration dans le Marais Audomarois" se désole Luc Barbier, le responsable de la mission marais, au sein du Parc.

Et impossible de confondre ce rapace  -tous les rapaces sont protégés- avec une espèce chassable. "Il fait entre 1,50 m et 1,70 m d'envergure", précise Luc Barbier. "Il ne mange que du poisson, donc on ne le trouve pas n'importe où et il ne chasse pas n'importe comment."

C'est soit quelqu'un qui avait une très très mauvaise vue, soit quelqu'un qui a fait un acte intentionnel.

C'est la troisième fois que des balbuzards  -ou aigles pêcheurs- sont visés en 30 ans dans le Marais audomarois. "Une fois tous les 10 ans, c'est peu", reconnait Luc Barbier. "Mais quand on connaît le statut de la population, niveau national, on se dit que sur un petit territoire comme ça, ça fait beaucoup. Ce sont des actes qui sont de nature à remettre en cause la stabilité de la population au niveau national."

Trois plaintes

Dans sa plainte, le Parc naturel devrait être rejoint par la Ligue de protection des Oiseaux (LPO) et par le Groupement ornithologique du Nord (GON). Comme la destruction d'espèce protégée est un délit, le chasseur -s’il est identifié- encourt deux ans de prison et 150.000 euros d’amende. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess