Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché après la disparition d'un enfant de 8 ans dans les Côtes-d'Armor

La Méditerranée touchée par une vaste pollution au chlorure de fer à Martigues

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Provence

La mer Méditerranée est touchée par une pollution au chlorure de fer. Une nappe marron s'étend ce jeudi sur plusieurs hectares au large de la zone pétrochimique de Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône).

La plage des Laurons est interdite à la baignade
La plage des Laurons est interdite à la baignade © Radio France - Cyrille Ardaud

Une vaste nappe marron s'étend ce jeudi soir sur quatre hectares (environ 12 terrains de football) dans la mer Méditerranée, au large de la zone pétrochimique de Lavéra, à Martigues (Bouches-du-Rhône). La pollution s'est étendue jusqu'à 16 hectares, selon la préfecture maritime. 

La nappe se situe au niveau de l'anse de L'Auguette et a été provoquée par une fuite de chlorure de fer après un incident au sein de l'usine Kem One, spécialisée dans la chlorochimie, la soude et l'eau de javel. Au contact de l'eau de mer, et sous certaines conditions, le chlorure de fer peut se transformer en acide.

Navigation de plaisance et baignade interdite

Pour prévenir tout accident, le préfet maritime de la Méditerranée a pris un arrêté pour interdire la navigation de plaisance, la pêche maritime, la plongée sous-marine et la baignade dans la partie sud du golfe de Fos, entre la plage de Ponteau et le cap Couronne. C'est le principe de précaution qui prime a expliqué à France Bleu Provence, la porte-parole adjointe de la préfecture maritime, Hedwige Pradel : "Au contact de l'eau de mer, le chlorure de fer peut provoquer des vapeurs irritantes pour les yeux et la peau. C'est une matière qui peut s'étendre, même si on observe plutôt une réduction. C'est pour cette raison qu'on a décidé d'empêcher le contact des usagers de la mer avec cette matière."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Jusqu'à 40 marins-pompiers et 10 sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur place, la zone a également été survolée par des drones afin de déterminer l'étendue de la pollution et préparer l'intervention. 

"C'est de la pollution continuelle, ce n'est pas sain"

Si la préfecture maritime assure que ce type de pollution accidentelle est peu fréquente, avec une telle concentration industrielle, le danger existe bel et bien. En avril 2020, l'Agence régionale de santé de la région PACA alertait sur le niveau de pollution dans ce secteur, et sur les risques pour la santé. Des risques dont a conscience Serge, habitant de Martigues : "On subit les grosses sociétés, les rejets dans les rivières, dans la mer, l'air pollué. On est impuissant. On respire de la merde. J'ai eu un cancer, et la première chose que m'a dit mon urologue c'est 'vous pouvez remercier La Mède, Fos...' C'est de la pollution continuelle, quand je ferme mes volets le soir, ça sent le gaz. Ce n'est pas sain."

Brigitte habite juste à côté de Martigues, à la Couronne, mais pour elle ces usines présentent bien plus d'avantages que d'inconvénients : "Ça fait vivre nos enfants et nos petits-enfants, qui y travaillent. Je dirais pas qu'on en est contents, mais presque !"

Réécoutez le reportage de France Bleu Provence

Choix de la station

À venir dansDanssecondess