Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Melle : des études approfondies sur la pollution au plomb et à l'arsenic

-
Par , France Bleu Poitou

Des études vont être menées à Melle, dans les Deux-Sèvres, pour connaître la localisation et l'entendue de la pollution liée à l'activité minière de la commune : le plomb et l'arsenic notamment. Etudes sur les sols mais aussi sur la population.

Le coût de cette étude pour la ville de Melle est de 200.000 euros a indiqué le maire Sylvain Griffault
Le coût de cette étude pour la ville de Melle est de 200.000 euros a indiqué le maire Sylvain Griffault © Radio France - Noémie Guillotin

Où les sols sont-ils pollués ? Par quoi ? En quelle quantité ? Des questions auxquelles doit répondre une étude lancée par la ville de Melle, dans les Deux-Sèvres. Des métaux sont en effet présents à la suite de l'exploitation des mines d'argent à partir du VIIe siècle. Une première étude menée en 2019 montre des teneurs en plomb et en arsenic relativement élevées dans certaines zones. Etude qui fait suite à une directive européenne de 2006 demandant que l'ensemble des sites miniers soient explorés. 

L'objectif de cette nouvelle étude est d'aller plus loin et pour savoir si les sols et les eaux sont compatibles avec les usages. Elle devrait durer environ deux ans.

"Aujourd'hui, pas de raison de s'inquiéter" - Sylvain Griffault, maire de Melle

Est-on face à une crise sanitaire ? "Pas à ce stade. Nous appliquons le principe de précaution", tient à rassurer Maxime Robert, ingénieur d'études sanitaires à l'Agence régionale de santé dans les Deux-Sèvres. "On a déjà certains éléments de surveillance. Sur l'intoxication au plomb, nous n'avons pas un nombre anormal de cas de saturnisme. Sur l'arsenic, le registre des cancers ne montre pas une surabondance de cancers dans le secteur", précise-t-il.

Pas d'alarmisme non plus du côté du maire de Melle Sylvain Griffault. "Les habitants de Melle savent depuis quinze siècles qu'ils vivent sur un sol qui a été exploité. Après, forcément, s'il y a des endroits où c'est vraiment très riche et où ça peut avoir un impact, on en tirera les conséquences et on essaiera avec les habitants d'aménager les espaces pour qu'il soit le moins impactant possible. Mais aujourd'hui, pas de signaux faibles, pas de raison de s'inquiéter". Pas de recommandation donc à ce stade pour les habitants.

Le coût de cette étude pour la commune est de 200.000 euros.

Etude sanitaire : la population invitée à participer

En parallèle, une étude sanitaire est en train de se préparer. Pas de date encore de démarrage en raison de la crise sanitaire. La population est appelée à se faire dépister, sur la base du volontariat. "On essaiera de prioriser vers peut-être les populations les plus sensibles vis-à-vis des métaux qu'on va trouver. Mais le plus grand nombre sera le mieux pour nous. Cela nous permettra d'avoir vision plus fine de ce qui se passe et aussi, pour tout un chacun, de savoir son état de santé vis-à-vis de tout ça", explique Maxime Robert de l'ARS. Il s'agira de réaliser des prélèvements de sang et d'urine. Il y aura également un questionnaire sur les habitudes de vie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess