Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au bord du lac de Messein, dix familles ont quatre mois pour quitter leurs parcelles

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Dix familles installées sur des parcelles au bord de l'étang de Messein, près de Nancy en Meurthe-et-Moselle doivent évacuer leurs maisons avant le 30 juin prochain. C'est une décision du préfet : la zone est inondable et le réseau d'eau n'est pas sécurisé.

Le maire de Messein Daniel Lagrange s'engage à accompagner les habitants avant leur départ.
Le maire de Messein Daniel Lagrange s'engage à accompagner les habitants avant leur départ. © Radio France - Lucas Valdenaire

C'est la fin d'une histoire qui a marqué les berges du lac de Messein pendant plus d'un demi-siècle. Connu des habitants du sud-lorrain pour sa base nautique, l'étang situé à une quinzaine de kilomètres de Nancy accueille plusieurs parcelles depuis plus de cinquante ans. Certains y passent des vacances. D'autres y sont installés pour de bon.

Les premières parcelles voient le jour dans les années 1960. Il est alors possible d'y construire une petite maison démontable de moins de 20m². Le principe attire du monde. En tout, 175 parcelles sont mises en location. Ainsi, près de 50.000 euros rentrent dans les caisses de la commune chaque année.

Risque humanitaire et sanitaire

Problème :la préfecture a classé la zone inondable en 2002. Après plusieurs recours, les dix familles restantes doivent finalement quitter les lieux avant le 30 juin 2020. Un crève-cœur pour Jocelyne, installée près de l'eau depuis plus de dix ans. "Je suis venue ici pour le lac et la nature, toute ces belles choses. C'est motivant de vivre ici. Tous les matins, je bois mon café dehors à 6h et je donne à manger aux canards. Les cygnes me connaissent, je les appelle par leurs prénoms."

C'est une partie de notre vie qui part, une partie de notre oxygène.

L'ordre d'évacuation est ainsi motivé par deux risques : le premier est humanitaire car la zone est classée inondable,le second est sanitaire car la potabilité de l'eau n'est pas assurée. 

Désormais, Jocelyne et ses voisins de parcelles ont quasiment quatre mois pour faire leurs valises. "Je cherche un appartement, poursuit-elle. Je vois ça avec le maire de Messein. J'ai aussi fait un dossier avec la mairie de Neuves-Maison. Mais c'est pas facile, j'ai un très petit budget. Ici par exemple, j'ai un groupe électrogène. Quand je regarde les infos à la télévision, je coupe juste après parce que ça coûte trop cher."

"C'est un lieu familial et je comprends : ça fait un pincement au cœur de quitter un endroit comme ça," reconnaît le maire de Messein Daniel Lagrange. 

On va tout faire pour leur trouver un logement au 1er juillet prochain

En ce sens, une réunion d'informations s'est tenue le 24 janvier dernier. La communauté de communes et le département ont ensuite reçu les habitants concernés.

"Humainement, c'est quelque chose de compliqué," confie le maire Daniel Lagrange

Disparition des parcelles avant le 31 décembre

Quand les derniers habitants seront partis, il faudra raser toutes les installations. Daniel Lagrange espère recevoir un soutien financier de la part des autorités pour dégager les parcelles. "Il y a déjà des maisons abandonnées. Regardez, il y a de tout. C'est fait de bric et de broc. Théoriquement, il n'y a pas d'électricité bien qu'il y en ait certains qui ont réussi à bricoler des choses illégales et un peu dangereuses."

Le maire Daniel Lagrange espère un soutien financier pour dégager les parcelles avant le 31 décembre 2020. - Radio France
Le maire Daniel Lagrange espère un soutien financier pour dégager les parcelles avant le 31 décembre 2020. © Radio France - Lucas Valdenaire

Le préfet confirme : les parcelles de Messein doivent disparaître avant la fin de l'année (d'ici au 31 décembre 2020). Et après ? "On veut requalifier le secteur, explique Daniel Lagrange. Ce site a un énorme potentiel : on a un étang de 17 hectares aux portes de Nancy. C'est l'occasion de valoriser la base nautique et de mettre la salle des fêtes en avant. Nous sommes limités, car on ne peut pas construire sur ce secteur inondable. On a déjà fait une étude avec la communauté de communes de Moselle et Madon pour établir un plan complet d'aménagement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu