Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Morbihan : les ostréiculteurs attendent des réponses sur la contamination des huitres

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Cela fait plus d'un mois que les ostréiculteurs du Morbihan doivent faire face à une contamination de leurs huitres par le norovirus, le virus de la gastro entérite. Aujourd'hui, plus de 200 entreprises sont fermées. Cela représente 2 entreprises sur 3 dans le département.

Plusieurs zones de production, comme la rivière d'Auray, sont contaminées
Plusieurs zones de production, comme la rivière d'Auray, sont contaminées © Radio France - François Rivaud

Morbihan, France

Parmi les origines du problème, les ostréiculteurs parlent bien sûr des fortes pluies qui sont tombées depuis plus de 2 mois. Mais ils estiment qu'un assainissement défaillant est la cause principale de la contamination des huitres. Assainissement collectif et assainissement individuel. "Les ostréiculteurs souhaiteraient notamment être avertis en cas de débordements des lagunages des stations d'épuration, dit Frédéric Coudon, producteur à Baden, au bord de la rivière d'Auray, ou de déversement d'eaux usées dans le milieu naturel".  

Les ostréiculteurs du Morbihan avaient manifesté leur mécontentement mercredi 8 janvier devant les locaux d'AQTA, la communauté de commune du pays d'Auray - Radio France
Les ostréiculteurs du Morbihan avaient manifesté leur mécontentement mercredi 8 janvier devant les locaux d'AQTA, la communauté de commune du pays d'Auray © Radio France - François Rivaud

Aujourd'hui plus de 200 entreprises ostréicoles sont à l'arrêt. La préfecture du Morbihan a publié mardi 14 janvier de nouveaux arrêtés d'interdiction de commercialisation. Ils concernent la partie aval de la rivière d'Auray, une partie nord du Golfe du Morbihan et l'embouchure de la rivière de Pénerf. Ils s'ajoutent aux interdictions déja prononcées pour la partie amont de la rivière d'Auray, la rivière de Crac'h, la rivière d'Etel et une partie ouest de la baie de Quiberon. Seule bonne nouvelle dans tout ça, la réouverture de la zone concernant la rivière de Saint Philibert. 

"Mon entreprise est à l'arrêt. C'est démoralisant"

Frédéric Coudon, ostréiculteur depuis près de 25 ans, a arrêté toute activité à cause de la contamination par le norovirus. Il produit 35 tonnes d'huitres par an. 

A Baden, au bord de la rivière d'Auray, Frédéric Coudon ne travaille plus comme il le devrait à cette époque de l'année - Radio France
A Baden, au bord de la rivière d'Auray, Frédéric Coudon ne travaille plus comme il le devrait à cette époque de l'année © Radio France - François Rivaud

Il sera ce mercredi 15 janvier, à Lorient, où se déroule une réunion avec les services de l'Etât, les représentants des ostréiculteurs et d'AQTA, la communauté de communes du pays d'Auray. Le point principal de discussion sera l'assainissement. Les ostréiculteurs veulent évoquer le vieillissement des réseaux, leur porosité, évoquer les sources de pollution. Ainsi, ils estiment "qu'il y a un réel problème avec l'assainissement individuel. Il y a 11. 000 installations sur le territoire d'AQTA. Un peu plus de la moitié seulement a pu être contrôlée ces dernières années. 16 % seraient conformes. Si c'est vraiment le cas, on est loin du compte"

"Il en va de l'avenir de nos entreprises", déclarent les ostréiculteurs du Morbihan - Radio France
"Il en va de l'avenir de nos entreprises", déclarent les ostréiculteurs du Morbihan © Radio France - François Rivaud

Les ostréiculteurs ont une dizaine de jours pour chiffrer leur préjudice. Le résultat sera ensuite transmis à l'Etât qui évaluera les aides qu'il peut apporter. Après celle du vendredi 10 janvier, une nouvelle réunion doit se tenir au ministère de l'agriculture en février. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu