Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : un cas de botulisme parmi les cygnes morts cet été au Bois de Boulogne

-
Par , France Bleu Paris

Cet été, 12 cygnes sont morts à Paris, sur les lacs inférieur et supérieur du bois de Boulogne. La mairie a fait autopsier quatre de ces cadavres d'oiseaux. L'un d'eux est mort de la bactérie du botulisme. Mais globalement la qualité de l'eau des lacs est bonne selon la Mairie.

Une mère cygne et ses cygneaux
Une mère cygne et ses cygneaux © Radio France - Isabelle Piroux

Le résultat des analyses est tombé et Christophe Najdovski l'a confié à France Bleu Paris, l'un des cygnes morts cet été au Bois de Boulogne a bien été victime du botulisme. Pour l'adjoint à la maire de Paris notamment en charge des espaces verts, de la biodiversité et de la condition animale, les bactéries de botulisme ne sont pas les seules responsables de l'hécatombe de cygnes . Mais « Cet été avec la canicule et la sécheresse, nous avons eu une surmortalité », reconnaît-il.

Sur les quatre cygnes retrouvés morts noyés, qui ont été autopsiés, les deux jeunes ont été tués, attaqués par une carpe et un autre cygne adulte, un autre est mort à cause la sécheresse et à la chaleur. « En réalité il n'y a eu qu'un seul cas de mortalité de cygne lié à la bactérie du botulisme qui prolifère quand il fait chaud et qui devient dangereuse pour les oiseaux », explique Christophe Najdovski qui, pour prévenir cette situation annonce que la ville va faire un curetage des berges du Lac.  

Autopsie d'un cygne.
Autopsie d'un cygne. © Radio France - Isabelle Piroux

Ce n’est pas ce que voulaient les associations. Cet été, Zoopolis avait demandé à la mairie de Paris de vider et de nettoyer entièrement ces lacs artificiels où les bactéries de botulisme sont présentes depuis des années. Un rapport de l'APUR de 2014 mentionne déjà leur présence . Mais pour Christophe Najdovski ce n'est pas la bonne solution. « Un curetage intégral serait préjudiciable à la bio diversité » justifie l'adjoint à la Maire de Paris. Il préfère donc continuer les curetages partiels. Un kilomètre de berge est curé chaque année.  

Mais il veut aussi travailler sur l'oxygénation des lacs. Avec la chaleur, c'est le manque d'oxygène dans l'eau qui provoque le développement de cette bactérie du botulisme.  

Ses services vont se rapprocher d'Eau-de-Paris, l'opérateur public en charge de la gestion de l'eau dans la capitale, pour améliorer l' oxygénation des eaux non potables . L'adjoint aux espaces verts envisage aussi de « tester des radeaux végétalisés», comme ce qui a été déjà mis en place pour favoriser la bio diversité avec « cette fois des plantes qui permettront de filtrer et de purifier l'eau ».

Et l'enjeu est de taille : la pénurie d'oxygène dans l'eau peut aussi entraîner le développement d'une autres bactérie, les cyanobactéries, qu'on a retrouvé cet été avec la chaleur dans certains cours d'eau d'île-de-France. Une alerte avait d'ailleurs été lancée afin d'interdire toutes baignades. La bactérie est toxique pour les hommes et les animaux. À Paris, aucun cygne autopsié n'est mort de cette bactérie, affirme Christophe Najdowski et l'adjoint se veut rassurant. « La concentration de cyanobactéries est mesurée et évaluée régulièrement par nos services pour prévenir toute situation qui pourrait causer des risques soit aux oiseaux, soit aux chiens domestiques qui peuvent boire de l'eau dans les lacs parisiens ». « Globalement, la qualité de l'eau est bonne à Paris, affirme l'adjoint, et elle s'améliore d'année en année. Christophe Najdowski qui rappelle que la ville de Paris compte aujourd'hui 32 variétés de poissons dans ses lacs et dans la Seine.  

  • Eau
Choix de la station

À venir dansDanssecondess