Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une Mosellane appelle à l'aide pour sauver ses deux chevaux âgés de l'abattoir

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

La propriétaire, âgée, de deux chevaux peine de plus en plus à s'en occuper en raison de ses problèmes de santé. Elle est terrifiée à l'idée que ses vieux compagnons finissent à l'abattoir et cherche désespérément une association capable de les accueillir pour leurs vieux jours.

"Sheeba", jument de 31 ans, et son fils "Hors-la-loi" cherchent une ferme pédagogique prête à les accueillir pour leurs vieux jours
"Sheeba", jument de 31 ans, et son fils "Hors-la-loi" cherchent une ferme pédagogique prête à les accueillir pour leurs vieux jours - Natacha Kadur

Jacqueline Binot, une mosellane âgée de 71 ans cherche désespérément un foyer bienveillant capable d'accueillir ses deux chevaux âgés pour leur garantir une fin de vie heureuse. Elle n'a pas trouvé de solution jusqu’alors et s'inquiète de les voir mourir à l'abattoir. 

Les deux équidés n'ont jamais été séparés, puisqu'il s'agit d'une mère, nommée Sheeba, et de son fils, baptisé "Hors-la-loi" : "Je l'ai achetée quand elle était enceinte de son fils" , témoigne Jacqueline, leur propriétaire.

C'est un crève-cœur mais à 71 ans, ce n'est plus pour moi.

Ses chevaux vivent en pension chez un agriculteur à Argancy, où Jacqueline leur rend visite régulièrement. Ces gros problèmes de dos rendent ses déplacements de plus en plus pénibles pour elle : "La semaine dernière, je n'ai pas réussi à les brosser. Je n'arrive plus à ouvrir leur stabule et je ne pourrais même plus les tenir." Cela fait longtemps qu'elle a renoncé à sortir seule ces deux animaux qui pèsent quelques centaines de kilos et ont bien besoin de se dégourdir un peu les pattes, à leur rythme. 

Jacqueline leur donne encore quelques friandises : pommes et carottes, dont ils raffolent
Jacqueline leur donne encore quelques friandises : pommes et carottes, dont ils raffolent - Natacha Kadur

Depuis quelques années, Jacqueline s'est résolue à trouver une solution pour leurs vieux jours :  "C'est un crève-cœur car je les ai depuis 1994, mais à 71 ans, ce n'est plus pour moi", explique-t-elle.  

Peur de l'abattoir

Elle avait bien entrepris de se renseigner auprès de quelques refuges et associations de protection animale précédemment, mais sans succès : "J'avais téléphoné à plusieurs d'entre eux à la mort de mon mari et ils étaient tous complets. En plus, l'un de ses contacts m'avait fait comprendre à demi-mot qu'ils iraient à l'abattoir et j'ai dit non. J'ai peur de ça. Hors-la loi, on l'a presque vu naître, et on les a toujours gardés avec nous, c'est ça qui me chagrine", dit-elle la gorge serrée. 

Jaqueline aimerait bien les savoir au contact d'enfants dans une ferme pédagogique
Jaqueline aimerait bien les savoir au contact d'enfants dans une ferme pédagogique - Natacha Kadur

Sheeba a aujourd'hui 31 ans et Hors-la-loi, 26 ans : "Ils sont un peu âgés mais encore en forme et surtout, ils sont très affectueux, vraiment gentils", précise Jacqueline. Elle espère qu'une organisation de type ferme pédagogique pourrait les accueillir et leur offrir une fin de vie heureuse. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess