Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse au jardin botanique dans le Grand Nancy : "Tous les ans on perd des dizaines d'espèces "

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Au jardin botanique Jean-Marie Pelt à Villers-les-Nancy dans le Grand Nancy, la fréquences des épisodes de sécheresse accentue le renouvellement des collections. Elle oblige aussi les botanistes et jardiniers à arroser et utiliser l'eau différemment.

Les thuyas souffrent également du manque d'eau et de la chaleur
Les thuyas souffrent également du manque d'eau et de la chaleur © Radio France - Léo Limon

La pelouse du jardin botanique Jean-Marie Pelt à Villers-les-Nancy dans le Grand Nancy est jaune. Grillée, à certains endroits, par le soleil. Mais ce sont également certaines espèces végétales conservées dans le parc qui pâtissent des épisodes de sécheresse successif.

La pelouse du jardin n'est plus arrosée depuis quelques années
La pelouse du jardin n'est plus arrosée depuis quelques années © Radio France - Léo Limon

Parmi les 12 000 espèces du jardin, les conifères et les plantes originaires du climat océaniques résistent de moins au moins au changement climatique.

"Tous les ans on perd des dizaines d'espèces des climats plus humides"

"Nous adaptons progressivement nos collections au changement climatique. On a à peu près 12 000 végétaux différents, tous les ans on perd des dizaines d'espèces des climats plus humides et plus frais et chaque année on introduit de nouveaux végétaux", explique Frédéric Pautz, directeur du jardin botanique de Nancy.

Face à la sécheresse et aux restrictions d'utilisation de l'eau en Meurthe-et-Moselle, la solution c'est d'arroser différemment.

Toutes les plantes n'ont pas besoin d'être arrosées. " En ce moment nous installons un système d'arrosage localisé en goutte à goutte qui permet d'arroser chaque plante pied par pied et éviter de mettre en route des grands systèmes d'arrosages" explique Michel Mangin, directeur adjoint des collections pleine terre.

Une autre méthode est aussi utilisée au jardin, c'est celle du paillage. L'objectif,  déposer un matériau organique, comme de la paille, ou minéral au pied du végétal pour empêcher l'évaporation de l'eau et garder la fraîcheur de la terre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess