Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nord Franche-Comté : le retour probable de la sécheresse en 2021

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'année 2021 risque-t-elle d'être une nouvelle année de sécheresse comme en 2018 et 2019 ? C'est à craindre selon Marc Hannotin, responsable technique à la fédération de pêche du Territoire de Belfort en chargé de la surveillance des rivières.

La Savoureuse asséchée à Lepuix, le genre de scène que les pêcheurs n'espèrent pas revivre en 2021
La Savoureuse asséchée à Lepuix, le genre de scène que les pêcheurs n'espèrent pas revivre en 2021 © Maxppp - Lionel Vadam

En 2020, ce sont surtout les mois d'avril et juillet qui ont été les plus marquants en nord Franche-Comté notamment en Haute-Saône. Mais sur le plan de la sécheresse, personne n'a oublié les épisodes de 2018 et 2019. Rivières à sec, cultures décimées et fortes températures, ses effets ont été nombreux et parfois catastrophiques dans certaines exploitations agricoles notamment. En 2018, les arrêtés sécheresse se sont étendus de juillet à novembre.

Le retour de la sécheresse ? En 2021, le risque et la probabilité sont élevés

Jusqu'à 2010, les spécialistes ont constaté qu'on ne subissait que deux années de sécheresse sur dix. Mais la tendance s'est malheureusement inversée depuis 2011. " On est sur une recrudescence : il y a huit années de sécheresse sur dix. Et en 2021, le risque et la probabilité sont élevés. Les chances ne vont pas pour nous", indique Marc Hannotin, responsable technique à la fédération de pêche du Territoire de Belfort, chargé de la surveillance des rivières.

Le manteau neigeux au Ballon d'Alsace en soutien des nappes phréatiques ?

Pour les spécialistes, le niveau des rivières et des nappes phréatiques sont des baromètres importants pour évaluer la situation. Mais il y en a d'autres. " En ce moment, ca va être la quantité de neige qui va tomber sur le Ballon d'Alsace. C'est ce manteau neigeux au printemps qui va progressivement fondre et qui va fournir un soutien aux nappes. En l'absence de manteau neigeux, il faut s'attendre à un abaissement des nappes beaucoup plus rapide. L'an dernier, on a failli avoir des alertes sécheresse dés la fin avril et ce sont les pluies de juin qui avaient sauvé la mise.  Mais si on a la chance d'avoir un gros manteau neigeux en fin d'hiver, ça peut donner un soutien aux nappes et éviter les alertes sécheresse", explique Marc Hannotin.

Héricourt ravitaillée en eau par camion citerne : une situation qu'on pourrait retrouver cette année

En septembre dernier, la ville d'Héricourt avait manqué d'eau dans ses réserves naturelles. Elle s'était fait livrer de l'eau par camion citerne. Pour Marc Hannotin, ce sont des situations qu'on pourrait retrouver cette année. " C'est possible sur ce secteur surtout si on a un épisode long de manque de pluie. L'élément principal, ce n'est pas la quantité totale d'eau qui tombe sur le secteur mais c'est sa répartition. A savoir l'arrivée d'épisodes orageux sur la période estivale pour soutenir les nappes. Et si ces épisodes n'arrivent pas jusqu'à nous, on peut craindre la recrudescence de ce type de problème", indique Marc Hannotin.

Engager une réflexion sur l'usage de ... la chasse d'eau

Personne ne peut maîtriser la météo et les précipitations. Mais chacun doit se responsabiliser face au manque d'eau et aux risques de sécheresse. " A travers notre consommation, c'est d'essayer de la limiter le plus possible. Utiliser l'eau de pluie pour les jardins. Par manque d'eau, est-ce que les jardins et les fleurs sont prioritaires ? Pour la consommation, les gens ne s'en rendent pas toujours compte mais pour passer de l'eau du robinet à la bouteille, il n'y a qu'un pas ". Marc Hannotin aimerait aussi qu'on engage une réflexion sur l'usage des chasses d'eau. " L'eau de la chasse d'eau, c'est de l'eau du robinet, de l'eau propre, consommable. Sur les 140 000 habitants du Territoire de Belfort, ça peut représenter entre 1,5 et 3 millions de litre par jour. Donc, à terme, il faudra peut-être avoir une réflexion comme dans certains coins du monde sur l'usage d'eau potable sur les chasses d'eau".

Encore de fortes déperditions d'eau sur certains secteurs

Les pouvoirs publics doivent aussi continuer à améliorer les réseaux d'alimentation en eau. Il reste encore de fortes déperditions sur certains secteurs. " En 2012, on avait relevé des communes ou pour 100 litres d'eau prélevés par exemple, il n'y en avait que 30 qui arrivaient jusqu'à l'habitant. Ca veut dire qu'il y avait quand même 70% d'eau perdu. Cette rentabilité est encore à améliorer pour justement avoir moins à prélever dans la ressource", conclut le responsable technique de la fédération terrifortaine de pêche. 

Marc Hannotin aura comme principale mission, d'ici le printemps, la surveillance des nappes phréatiques et du niveau des rivières. Des enjeux majeurs pour anticiper les mesures dans le cas d'un éventuel retour de la sécheresse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess