Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nucléaire : Greenpeace dépose un recours contre la prolongation des centrales

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Greenpeace dépose un recours auprès du conseil d'Etat, contre l'ASN, le gendarme du nucléaire. L'ONG réclame une évaluation environnementale sur l'allongement de la durée de vie des centrales les plus âgées, dont celle de Tricastin (Drôme).

La centrale nucléaire de Tricastin
La centrale nucléaire de Tricastin © Radio France - Stéphane Milhomme

Pour Greenpeace, prolonger de dix ans la durée de vie des réacteurs français les plus anciens (dont le numéro UN de la centrale du Tricastin) cela va forcément avoir un impact sur l'environnement. Il faut donc selon L'ONG pouvoir évaluer les conséquences de cet allongement de durée de vie. Greenpeace a déjà fait un recours gracieux, adressé à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et à EDF, en mars dernier. Des recours qui n'ont pas aboutit d’où la décision de saisir le Conseil d'État.  

Davantage de déchets nucléaires

L'une des juriste de Greenpeace, Laura Monier détaille : "dix ans supplémentaires, ça implique que, pendant ces dix ans, il y aura encore davantage de déchets nucléaires, davantage de rejets d'effluents et de rejets chimiques". La militante reprend : "les équipement de la centrale vieillissent, des pièces ne peuvent pas se changer, donc ça augmente le risque d'accident nucléaire et donc ça peut avoir un impact dramatique sur l'environnement".  

La France dans l'illégalité 

Par ailleurs, Greenpeace rappelle que la cour de Justice de l'Union Européenne a jugé pour la Belgique que : "l'ampleur et les coûts des travaux de prolongation des centrales, justifient une évaluation environnementale." L'ONG estime donc que la France est dans l'illégalité en ne respectant pas cette décision européenne.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess