Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Objectif "zéro moustique" dans les grands hôtels et à l'hôpital l'Archet de Nice

-
Par , France Bleu Azur

En pleine pandémie de Covid, inutile de rajouter d'autres risques de maladies contagieuses. Un bâtiment hospitalier niçois qui abrite des malades fragiles a été équipé d'un système anti-moustiques très élaboré conçu par une société de Cagnes-sur-Mer et efficace à plus de 90% selon les spécialistes. 

illustration société Biobelt
illustration société Biobelt - Violaine ILL

Le mois de mai arrive et déjà la chasse aux moustiques est lancée sur la Côte d'Azur. De nombreux sites installent des dispositifs de prévention pour une nouvelle saison qui doit durer six mois. 

La société Dipteratech de Cagnes-Sur-Mer (Alpes Maritimes) a élaboré un brevet Biobelt qui est de plus en plus utilisé selon son président Dominique Hauptmann "avec des commandes dans trois nouveaux hôpitaux". Ce système est destiné à empêcher toute présence de moustique dans une zone très délimitée. 

Éviter dengue, chikungunya et zika

Le Professeur Nicolas Mounier, chef du pôle des spécialités médicales au CHU de Nice a fait appel à cette société. L'hôpital l'Archet 1 est construit près d'une vallée très végétalisée et infestée de moustiques. Depuis trois ans, il se bat pour un : "zéro moustique car dans nos services à l'Archet, nous traitons des malades très fragiles, immunodéprimés, des patients atteints de sida et de diverses maladies contagieuses. Il n'est pas concevable de prendre d'autres risques de transmission de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika, des viroses transmises par le moustique-tigre"

Le Professeur Nicolas Mounier se dit "satisfait à 90%, voire 95% par ce système : la zone est très bien protégée mais on ne peut pas empêcher les visiteurs d'apporter des moustiques dans leurs voitures". 

Des leurres pour tromper les moustiques

Le système Biobelt est composé de boitiers qui ressemblent à "des pots de fleurs en bois". Ils sont installés en ceinture pour clôturer une zone dans laquelle on ne trouve "plus aucun moustique-tigre"assure le concepteur. Les boitiers diffusent des "leurres", du gaz carbonique et des acides qui imitent une présence humaine. La femelle du moustique tigre, "celle qui pique", croit "se trouver en présence d'une proie, elle s'approche des boitiers où elle est aspirée et meurt à l'intérieur" explique le concepteur. Les paramètres et les réglages de ce dispositif sont tenus secrets. Il se règle "au millimètre pour la diffusion des produits en continu et à distance". 

Le coût de l'installation et son suivi quotidien s'élève à plusieurs milliers d'euros. Elle est destinée, pour l'instant, "aux belles propriétés de milliardaires dans le monde, aux Relais & Châteaux tel que le Domaine du Mas de Pierre à Saint-Paul-de-Vence, à de grands hôtels, un parc pour enfants à Monaco, le centre commercial Polygone Riviera et pour des hôpitaux dans le cadre de la prévention des risques épidémiques." 

Cette société, composée de 17 salariés qui travaillent dans un laboratoire avec un élevage de moustiques, compte développer dans les années à venir un dispositif pour les particuliers et à destination de plus petites zones.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess