Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché dans les Vosges pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes

VIDÉO - Île de Ré : ils aident les crapauds à traverser la route pour se reproduire

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Sur l’Île de Ré, on estime à 500 le nombre de pélobates cultripèdes, des petits amphibiens couleur sable et marbrés de brun. En ce moment, ils migrent de leur lieu d'hivernage, la forêt de Lizay, à leurs sites de reproductions, les marais d'eau douce.

L'écogarde et le bénévole récupèrent les crapauds enfouis dans le sable
L'écogarde et le bénévole récupèrent les crapauds enfouis dans le sable © Radio France - Audrey Abraham

Avez vous déjà entendu parler des pélobates cultripèdes ? Ce sont des petits crapauds couleur sable et marbré de brun. On estime leur nombre à 500 sur l’Île de Ré. Et en ce moment, ils effectuent leur migration de leur lieu d'hivernage, la forêt du Lizay à leurs sites de reproduction dans les marais d'eau douce. Seulement voilà, entre la forêt et les marais il y a une route : la départementale 101. Pour leur éviter de se faire écraser, toutes les nuits de ce mois de mars, les écogardes de la communauté de commune, en binôme avec des bénévoles, les aident à traverser. 

Rendez vous à 4 heures du matin, lampe frontale et bottes en plastiques, Alix longe la départementale avec Claire, une bénévole rétaise. 800 mètres de filet bloquent les crapauds et tous les 15 mètres des seaux-pièges sont installés. Les crapauds tombent dedans et s'enfouissent dans le sable, il n'y a plus qu'à fouiller pour les récupérer.

L'écogarde place alors l'amphibien dans un seau et traverse la route pour le relâcher de l'autre côté.

160 seaux sont ainsi fouillés toutes les nuits. L'opération a commencé le 24 février et va durer jusqu'au 2 avril.  L'objectif, à terme; c'est de construire un crapaud-duc : un dispositif pour permettre aux amphibiens de traverser seuls la route en sécurité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess