Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Opposition au LIEN à Montpellier : les militants expulsés, la maison rasée

-
Par , France Bleu Hérault

Les militants écologistes qui occupaient une maison sur le tracé du LIEN à Grabels (Hérault) pour s'opposer à la construction de cette rocade ont été expulsés ce jeudi matin par les gendarmes, la maison a été aussitôt rasée.

La maison a été détruite dès l'expulsion des militants
La maison a été détruite dès l'expulsion des militants - capture d'écran

Depuis le 6 octobre dernier des militants de plusieurs associations de défense de l'environnement (Extinction Rebellion, Greenpeace, ANV-COP21) avaient ouverte une MER "Maison de l'Ecologie et des Résistances" également appelée ZAD (Zone à défendre) dans une maison située à Grabels (Hérault) sur le tracé du LIEN et donc vouée à la destruction (le propriétaire ayant été exproprié).

Ils entendaient ainsi dénoncer le projet routier de prolongement du LIEN, (Liaison Intercantonnale d'Evitement Nord de Montpellier) entre Saint-Gély du Fesc et l'A750, et plus généralement l'artificialisation des sols qui détruit la biodiversité, saccage la nature,les espaces naturels et les terres agricoles.

Durant la première semaine, les militants étaient restés discrets pour éviter l'expulsion, mais depuis une semaine, le délai de flagrance de 8 jours étant écoulé, ils s'estimaient protégés et avaient rendu l'occupation de cette maison publique. 

"On a été plaqués au sol comme de vulgaires terroristes"

Mais ce jeudi matin à 7h 20 les gendarmes et la police sont intervenus pour déloger ces militants, ils étaient alors une dizaine. Ils ont tous été réveillés en sursaut "Ils étaient une trentaine de militaires, moi je dormais dans mon camion juste à côté, ils ont tapé sur mon camion et tenté de forcer la porte au pied de biche, j'ai réussi à ouvrir avant qu'ils ne défoncent la porte, ils m'ont plaqué au sol et menotté comme un vulgaire terroriste" témoigne Arthur  "C'est de la folie, c'est illégal car il n'y a pas eu d'avis d'expulsion, je pensais qu'on était dans un Etat de Droit, mais on ne l'est pas"

On nous a menotté comme des terroristes

Les bulldozers du conseil départemental sont alors aussitôt intervenus pour raser la maison. 

"Le LIEN est un projet absurde qui va renforcer le risque d'inondations, détruire des terres agricoles"

Les militants dénoncent ce projet qu'ils estiment d'un autre temps : "c'est complètement absurde, ce projet date des années 90 quand les gens ne croyaient pas encore au réchauffement climatique, à tout l'enjeu écologique. Aujourd'hui on voit les inondations dans le Gard, Grabel a aussi connu des inondations dramatiques, ces projets favorisent l'imperméabilisation des sols. Ils détruisent aussi des terres agricoles alors qu'on dit qu'il faut favoriser l'agriculture de proximité. Alors oui il faut faire face à l'augmentation de la population mais on peut promouvoir le vélo ou les transports en commun"

Ce projet de route est absurde en 2021

Le conseil départemental rappelle que des mesures ont été prises dans le cadre de ces travaux au delà des obligations légales pour préserver les espèces et limiter l'impact sur la nature. Préservation des captages d’eau, protections sonores près des habitations avec des enrobés acoustiques, études et traitements paysagers en concertation avec les communes concernées et les associations qui se sont manifestées pendant l’enquête publique, limitation de la vitesse à 90 km/h pour limiter la pollution

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess