Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Orages à Reims : "Ce sont des phénomènes extrêmes auxquels il va falloir s’habituer"

- Mis à jour le
Par

Après les violents orages qui ont touché la Marne et notamment le secteur de Reims ces derniers jours, la climatologue Françoise Vimeux était l’invitée de France Bleu Champagne Ardenne ce mercredi. Elle est directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement.

Carrefour rue de Cernay à Reims inondé suite à un orage, lundi 21 juin 2021. Carrefour rue de Cernay à Reims inondé suite à un orage, lundi 21 juin 2021.
Carrefour rue de Cernay à Reims inondé suite à un orage, lundi 21 juin 2021. © Maxppp - Remy Wafflart

De violents orages ont touché la Marne, notamment le secteur de Reims ces derniers jours, avec des conséquences parfois importantes. Les habitants et commerçants rémois de l’avenue Jean Jaurès par exemple ont subi trois inondations en moins de trois semaines.

Publicité
Logo France Bleu

"Ce sont des phénomènes extrêmes auxquels il va falloir s’habituer. Et le réchauffement climatique vient exacerber ces évènements extrêmes", dit Françoise Vimeux, directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement

Les orages et intempéries de ces derniers jours dans la Marne, "c’est une bonne image de ce qu’on pourrait avoir dans l’avenir. D’abord des orages qui arrivent un peu tôt dans la saison parce qu’on a des températures au sol assez élevées pour une fin de printemps et un début d’été. On va vers des vagues de chaleurs plus précoces dans la saison dans les décennies à venir. Et puis c’est aussi une bonne image malheureusement en termes de quantité de pluie qui a été déversée. On sait que dans une atmosphère plus chaude, on peut mettre plus de vapeur d’eau. Lorsqu’il y a une situation météorologique qui conduit à une pluie ou à un orage, la quantité d’eau disponible dans l’atmosphère qui peut nous tomber dessus est beaucoup plus importante", explique Françoise Vimeux. 

Nécessité d’adapter les villes et les campagnes

Face à ces phénomènes météorologiques il faut s’adapter dit Françoise Vimeux. Cela vaut notamment pour les producteurs agricoles. "L’adaptation va peut-être vers une adaptation du type de cultures, vers des semences adaptées. Peut-être aussi de ne pas être surpris par ces évènements extrêmes en essayant de les anticiper", estime la climatologue.

De nombreuses villes comme Reims ont du mal à faire faire face aux intempéries à cause de leurs infrastructures parfois inadaptées. "Toutes les infrastructures de gestion des eaux qui ont été réfléchies, pensées et réalisées à la fin du XIXème siècle, début XXème ne sont plus adaptées pour ce que l’on vit aujourd’hui et pour ce qu’on va vivre dans les années à venir. Les villes sont particulièrement touchées parce que l’urbanisation vient exacerber le problème des pluies extrêmes parce qu’une pluie n’est pas absorbée par un sol bétonné, l’eau va ruisseler et donc là, il y a un vrai souci. L’infrastructure de gestion des eaux dans les villes doit vraiment être redimensionné", estime Françoise Vimeux.

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu