Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Où en est-on de la dépollution du site Citron près du Havre ?

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La cour d'appel de Rouen rend ce lundi son arrêt concernant les anciens dirigeants de l'usine de retraitement de déchets nocifs Citron près du Havre. Huit ans après la fermeture du site, où en est-on de la dépollution ?

L'usine de retraitement de déchets nocifs Citron a fermé en 2011
L'usine de retraitement de déchets nocifs Citron a fermé en 2011 © Maxppp - Bruno Fava

Le Havre, France

Décision attendue ce lundi, dans le procès en appel des dirigeants de l'usine Citron près du Havre. Les anciens dirigeants de cette usine de retraitement de déchets nocifs étaient jugés en appel cet été, pour non respect des normes environnementales et de sécurité ainsi que pour harcèlement. Citron employait 110 personnes et lors des deux procès, on comptait 48 parties civiles dont des anciens employés aujourd'hui malades. Huit ans après la fermeture du site, où en est-on de la dépollution ?

Les déchets les plus dangereux ont été retirés en premier juste après la fermeture du site Citron en 2011. Une évacuation qui a duré jusqu'en 2016 pour un coût de 9,6 millions € à la charge de l'Etat. C'est ce que prévoit le code de l'environnement, quand un exploitant est défaillant. 

Aujourd'hui il reste sur place des mâchefers, des déchets émanant de la combustion de métaux lourds. C'est le Grand Port Maritime du Havre (GPMH) qui doit mettre la main au porte-feuille pour enlever ces mâchefers puisqu'il est propriétaire du site. Le coût estimé par le GPMH est de 1,5 millions €. Une solution est attendue pour la fin de l'année.

ECOUTEZ Le reportage d'Amélie Bonté

Pas de dépollution entière du site

Autre catégorie de déchets qui devraient être enlevé d'ici la fin de l'année : les traces d'hydrocarbures et de charbons actifs qui pénètrent les sols. Mais le site ne devrait pas être entièrement dépollué puisqu'il a une vocation industrielle.

Il reste un degré de pollution limitée, classique des sites industriels comme des traces d'hydrocarbures ou de métaux"

ECOUTEZ Patrick Berg de la DREAL

On ne dépollue jamais pour rendre à l'état naturel, on dépollue en fonction de l'usage futur"

D'ailleurs le groupe Suez, propriétaire des bâtiments qu'il reste sur place, espère mettre en route son projet de chaufferie l'année prochaine.

Choix de la station

France Bleu