Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ours tué : offrir une récompense est surprenant, mais bien légal

-
Par , France Bleu Occitanie

L'initiative de Sea Sheperd fait grandement parler dans les Pyrénées et au delà. L'ONG promet 10.000 euros de récompense à quiconque aidera à retrouver le responsable de la mort de l'ours, retrouvé tué par balles en début de semaine en Ariège.

Un tel procédé fait débat dans les Pyrénées.
Un tel procédé fait débat dans les Pyrénées. © Maxppp - Franck Fouquet

L'initiative a surpris tout le monde, dans les vallées pyrénéennes. L'ONG internationale Sea Sheperd a annoncé jeudi 11 juin offrir 10.000 euros de récompense à quiconque permettra de retrouver le tueur de l’ours, retrouvé mort par balles mardi en Ariège. Sur la page Facebook de France Bleu Occitanie, vous êtes d'ailleurs très nombreux à réagir : soit vous comprenez la démarche, soit vous la rejetez, en criant à la délation.

En tout cas, sous ses airs de Far-West, le procédé est totalement légal, même s'il surprend, car il n'est pas dans les habitudes en France. En revanche, il est bien connu dans le monde anglo-saxon. L'avocat de l’association Sea Sheperd, Jean Tamalet, le précise bien : il n’est absolument pas question de se faire justice soi-même, ni de remplacer les gendarmes, mais bien au contraire de les aider, pour accélérer l’enquête. "Il ne s'agit absolument pas d'une notion de justice privée ou de délation, comme je l'ai lu ici ou là". Pas de rétention d’information ni de témoignage, tout sera transmis à la gendarmerie de Saint-Girons, en charge de l'enquête.

Aide ou gêne pour les enquêteurs ?

Reste à savoir comment les autorités de justice voient la méthode : si c’est plutôt une aide ou une gêne, et si elle peut jeter le trouble dans les villages de Haute-Ariège. Pas de position officielle pour l’instant du parquet de Foix sur le sujet, mais l’avocat de l’ONG indique de son côté que Sea Sheperd travaille "régulièrement" avec la justice et la gendarmerie, parfois "main dans la main", et a déjà "gagné la confiance" des procureurs sur d’autres affaires, en sachant ne pas franchir les limites.

Quant aux autres associations écologistes, elles regardent tout ça de façon plutôt circonspectes, et sont curieuses de voir ce que ça donne. Pays de l’Ours Adet ne condamne pas, mais ne soutient pas non plus. Le dirigeant de l'association Alain Reynes se dit simplement "surpris par la démarche", et fait appel à la "citoyenneté", de façon "désintéressée" pour retrouver le tueur de l'ours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess