Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Ozone, pollen et particules fines : un été pollué en Auvergne-Rhône-Alpes

-
Par , France Bleu Isère

À l'occasion de la 5ème "Journée nationale de la qualité de l'air" qui a lieu ce 18 septembre l'observatoire de la pollution dans la région publie son bilan estival. Le troisième été le plus chaud jamais enregistré en France, marqué par 16 jours de vigilance à l'ozone et aux particules fines.

La région Auvergne-Rhône-Alpes a connu 16 épisodes de vigilance à la pollution lors de l'été 2019
La région Auvergne-Rhône-Alpes a connu 16 épisodes de vigilance à la pollution lors de l'été 2019 © Radio France -

Auvergne-Rhône-Alpes, France

L'été fut beau, chaud et....pollué en Auvergne-Rhône-Alpes. L'observatoire ATMO AURA, qui observe la qualité de l'air dans notre région publie son bilan estival à l'occasion de la 5ème "Journée nationale de la qualité de l'air". Il pointe du doigt une progression inquiétante de l'ozone dans l'air que nous respirons, associé à de grandes quantités de pollen et de particules fines.

Le troisième été le plus chaud jamais enregistré

Les fortes vagues de chaleur sont toujours accompagnées par des épisodes de pollution. Ce n'est donc pas étonnant que l'été 2019 ait vu les seuils grimper, puisqu'il s'agit du troisième été le plus chaud jamais enregistré par Météo France. Au total, la région Auvergne-Rhône-Alpes a connu 16 jours de vigilance à la pollution, tous produits confondus.

Ozone, pollen et particules fines en hausse

"Le réchauffement climatique aura un effet pénalisant à long terme sur la pollution à l'ozone pour une grande partie de l'Europe continentale", avance ATMO Auvergne-Rhône-Alpes. L'ozone c'est un peu comme le cholestérol : il y en a du bon et du mauvais. Le "bon" c'est celui qu'on trouve dans l'atmosphère, qui nous protège des rayons du soleil. Le "mauvais" c'est celui qui flotte dans l'air et qui rentre dans les bronches. Ça assèche les muqueuses et ça diminue la croissance des plantes.

Autre effet pervers de l'ozone : il aggrave les effets des pollens sur la santé "en augmentant le potentiel allergène des grains de pollen et la sensibilité des personnes allergiques", prévient ATMO. Un constat qui a de quoi inquiéter quand on sait que les indices polliniques sont fréquemment élevés dans la région, notamment à cause de l'ambroisie, particulièrement présente en été.

Enfin, ATMO constate une hausse des particules fines dans la région cet été, que l'observatoire attribue également au réchauffement climatique : "à cause du réchauffement des sols en Afrique, des dépressions se sont formées et ont entraîné des vents violents mettant de grandes quantités de particules en suspension." Ces particules, portées par les vents, sont ensuite entraînées jusque chez nous, ce qui explique qu'on retrouve dans l'air rhône-alpin des particules désertiques qui dégradent la qualité de l'air.

Choix de la station

France Bleu