Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : la pollution de l'air coûte 1.600 euros par an par habitant selon une étude européenne

-
Par , France Bleu Paris

L'association Respire demande aux "décideurs de prendre des mesures fortes" notamment en matière de transports dans la région pour faire baisser le coût financier et humain de la pollution de l'air. Selon cette étude européenne, elle coûte à Paris plus de 3.5 milliards d'euros.

Paris en pic de pollution.
Paris en pic de pollution. © Maxppp - LP/Olivier Arandel

On savait que la pollution de l'air tue. Entre 48.000 et 76.000 personnes mortes prématurément par an selon les différentes études. On sait aujourd'hui qu'elle coûte chère aussi à la société. Presque 1.000 euros par an par Français. Mais à Paris, c'est beaucoup plus : 3.5 milliards d'euros par an soit 1.600 euros par habitant par an dans la capitale qui arrive, sans surprise en tête du classement, devant Lyon et Nice.  Cette première étude comparative sur le coût de la pollution a été menée par l’Alliance européenne de santé publique (EPHA) qui a passé au crible plus de 400 villes européennes dont une soixantaine en France.

Sur quoi se basent ces calculs ?

Ce sont des économistes qui "mettent un prix à la vie humaine", explique Olivier Blond, le président de l'association Respire sur France Bleu Paris, qui relaye cette étude. En se basant sur le nombre de vie perdue à cause de la pollution, ils estiment ce qu'ils auraient pu produire en terme de richesse. Les calculs prennent aussi en compte les coûts "liés aux personnes malades à cause de la pollution", à savoir les frais de santé ou les arrêts de travail.

Un coût important aussi pour Melun

Il n'y a pas qu'à Paris que la pollution de l'air coûte chère. Des zones urbaines de taille moyenne "remontent dans le classement parce qu'elles produisent beaucoup de valeurs", explique Olivier Blond. C'est le cas de Melun, avec un coût estimé de 1.000 euros par habitant par an. La ville de Seine-et-Marne arrive 4e au classement. 

Sur quoi agir ? 

"Le transport en zone urbaine dense joue un rôle prépondérant, en particulier sur un polluant, le dioxyde d'azote", estime Olivier Blond qui rappelle qu'il y a quatre facteurs de pollution importants : transport, chauffage, activité industrielle et agricole. Il espère avec cette étude inciter les "décideurs à investir dans les mobilités douces, les transports en commun, les véhicules électriques". Certes, "ça coûte de l'argent mais ça peut en faire économiser parce qu'on a prouvé que la pollution peut coûter très chère". Selon cette étude européenne, une réduction de 1% du nombre de voitures, permettrait de faire baisser les coûts économiques de près de 0.5%.

Le président de l'association Respire demande aux politiques "des plans d'action importants, comme on a fait pour la cigarette", avec des campagnes de prévention, des images chocs. 

Les villes françaises les plus concernées   :

  1. Paris   3 505 259 275€ par an / 1 602€  par habitant par an
  2. Lyon    585 267 499€  / 1 134€
  3. Nice    383 407 514€ / 1 128€
  4. Melun  40 645 623€  /  1 015€
  5. Douai   39 380 613€ / 992€
  6. Fréjus  52 141 503€ / 990€
  7. Toulon  168 394 208€ / 979€
  8. Rouen   107 180 200€ / 973€
  9. Saint-Quentin  51 588 640€ / 959€

>>> Etude à retrouver ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess