Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Pas de confinement au Marais aux oiseaux d’Oléron

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le marais aux oiseaux d’Oléron, situé à Dolus d’Oléron, ne prend pas de vacances pendant le confinement. Certes, les 43 000 visiteurs annuels ne sont plus là, mais il faut bien continuer à s'occuper des 1000 animaux sauvages qui le peuplent.

Pas de confinement pour les animaux du marais aux oiseaux d’Oléron
Pas de confinement pour les animaux du marais aux oiseaux d’Oléron © Radio France - Julien Morceli

Christian Baroux est le responsable du site. Il accueille toutes sortes d'animaux, à l’image d’Urbi, un sanglier âgé de dix ans. Sa mère a été tuée à la chasse. Un vétérinaire l’a remis au centre lorsqu’il avait un an. “_Ça aurait été difficile de l'euthanasie froidement_, justifie Christian.
À côté, un bouc se mélange aux autres animaux sauvages. "Voilà deux ans qu'il est ici. Il joue avec les oies, il fait le fou ! ", s'amuse Christian. 

Une cinquantaine d'animaux au centre de sauvegarde

Au bout du parc de découverte, Catherine Le Marchand, soigneuse animalière, s’occupe des animaux les plus fragiles. Il y en a une cinquantaine actuellement.
En ce moment, elle biberonne deux écureuils quotidiennement. Au départ, “c'était quatre, voire cinq fois par jour, y compris la nuit”, se souvient-elle. Maintenant, trois biberons par jour suffisent. Signe que les animaux grandissent.

Un travail sans relâche

Pour soigner ces mammifères, il faut faire preuve de patience. Ils sont très nerveux. Catherine doit donc rester calme pour les apaiser. Ce travail demande un investissement conséquent. La soigneuse arrive au centre à sept heures du matin, sept jours sur sept. 

Un "ambulancier pour animaux" 

Un peu plus loin, une autre Catherine s'apprête à partir en tournée : Catherine Pascaud, transporteuse d'animaux. Elle a rejoint le centre, il y a seulement un mois. Son travail consiste à récupérer les animaux en difficulté dans tout le département. “Un ambulancier pour animaux", plaisante-t-elle.

Ce sont principalement les cliniques vétérinaires qui sollicitent le marais aux oiseaux d’Oléron pour récupérer les animaux blessés. Ponctuellement, Catherine récupère aussi les animaux chez les particuliers qui ne peuvent pas se déplacer.

Le printemps engendre plus d'accidents chez les animaux. 

Elle secourt un panel d'animaux assez large : principalement des rapaces, puisque ce sont des espèces protégées, mais aussi des écureuils et des belettes.
En ce moment, elle récupère environ 20 % de hérissons.L'hibernation est finie. Certains traversent et sont heurtés par des voitures”, détaille-t-elle.

L’autre phénomène qui mobilise beaucoup le centre, c’est la nidification. Les nids tombent lors des élagages. Les oisillons sont blessés et Catherine doit les récupérer. D'où l'appel du marais aux oiseaux à rester vigilant. Chaque jour, les salariés du centre ramènent entre cinq et quinze animaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess