Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays Basque : toujours des inquiétudes après le tragique accident dans une décharge en Biscaye

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Deux semaines après, les deux corps des deux employés ensevelis sous les ordures n'ont toujours pas été retrouvés. Les autorités se veulent rassurantes sur les risques de pollution mais maintiennent les mesures de prévention, comme la fermeture des fenêtres pour les 50.000 habitants de la région.

La décharge industrielle de Zaldibar se trouve à flanc de montagne au dessus de l'autoroute de Bilbao
La décharge industrielle de Zaldibar se trouve à flanc de montagne au dessus de l'autoroute de Bilbao © Radio France - Iban Etxezaharreta

Le lehendakari Iñigo Urkullu a dû s'expliquer devant le parlement basque. 13 jours après l'effondrement du centre de déchets de Zaldibar en Biscaye ayant fait deux morts, le président PNV de la Communauté autonome basque a rendu compte des opérations de secours depuis le 6 février, après avoir essuyé notamment les critiques de certains familles de victimes. Le sujet provoque de vifs débats, à un mois et demi des élections autonomiques au parlement basque.

Sur place l'inquiétude prédomine chez les habitants. A 80 kilometres d'Hendaye, ce centre d'enfouissement de déchets industriels gérée par une entreprise privée -Verter Recycling- c'est comme une énorme montagne, sur le flanc de l'autoroute de Bilbao. Une partie s'est effondrée le 6 février dernier. Deux  employés  Alberto et Joachin ont été ensevelis. A ce jour, leurs corps n'ont toujours pas été retrouvés.

Reportage à Zaldibar après 12 jours de mesures préventives.

Le maire de Zaldibar Jose Luis Maiztegui et son adjoint Jose Mari Uriarte déplorent la "psychose" - Radio France
Le maire de Zaldibar Jose Luis Maiztegui et son adjoint Jose Mari Uriarte déplorent la "psychose" © Radio France - Iban Etxezaharreta

Les mesures de préventions préconisées ont été perçues par les gens comme des risques, alors qu'il n'y a pas de risque sanitaire, provoquant une psychose totale" (le maire de Zaldibar Jose Luis Maiztegui)

Pour Juan Mari Uriarte, le maire adjoint de Zaldibar "la priorité des priorités c'est de retrouver les deux hommes et ensuite de consolider la décharge pour stopper les éboulements". Le maire PNV Jose Luis Maiztegui déplore que "les mesures de préventions préconisées ont été perçues par les gens comme des risques, alors qu'il n'y a pas de risque sanitaire, _provoquant une psychose totale_".

Le périmètre concerné par d'éventuelles pollutions. - Radio France
Le périmètre concerné par d'éventuelles pollutions. © Radio France - IE

Les études scientifiques se veulent rassurantes

Au moment de l'effondrement des incendies se sont déclarés, et même si les feux sont étouffés depuis lundi soir, des fumées continuent de s'échapper. Des fumées chargées de dioxines et de furanes. Begoña Jimenes du Conseil supérieur de recherche scientifique a été dépêchée par Madrid. Selon les premières analyses "les taux de dioxines relevées dans l'air sont très bas": 720 femtogramme par m3 d'air.  "Un niveau supérieur à celui habituel, mais très bas" insistait ce mardi matin la scientifique.

Cela étant les autorités ont émis des recommandations depuis le 6 février, toujours en vigueur, dans un triangle, entre Zaldibar, Ermua et Eibar. 50.000 habitants, l'équivalent de la population bayonnaise à qui l'on demande de rester fenêtres fermées, aux enfants de ne pas sortir dans la cour de récréation, d'éviter de faire des activités sportives, ou encore de ne pas manger les légumes produits sur place. 

Il est préconisé de ne pas consommer les légumes produits localement. - Radio France
Il est préconisé de ne pas consommer les légumes produits localement. © Radio France - Iban Etxezaharreta

Des précautions qui sèment le doute chez les habitants de Zaldibar. Ixabel se dit "préoccupée", elle ne sait plus quoi croire. Zurne est l'unique maman avec son enfant dans le parc, elle s'interroge jusqu'à quel point est ce qu'elle s'expose à des risques. Quant à Gurutze, elle est très inquiète:  "on nous dit qu'il n'y a pas de risques, mais en même temps ils ont suspendu la partie de football entre Eibar et la Real sociedad". 

Les rues et parcs de la ville sont inhabituellement vides. - Radio France
Les rues et parcs de la ville sont inhabituellement vides. © Radio France - Iban Etxezaharreta

Des mesures de précautions en vigueur au moins jusqu'à jeudi, jour où seront connus de nouveaux résultats d'analyse. Le maire lui a décidé de maintenir le carnaval qui début ce mercredi.

Les mesures de l'air sont affichées devant la mairies et à l'entrée des immeubles. Indiquant notamment que l'eau reste potable. - Radio France
Les mesures de l'air sont affichées devant la mairies et à l'entrée des immeubles. Indiquant notamment que l'eau reste potable. © Radio France - Iban Etxezaharreta
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu