Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pays de Fougères : des nuisances à cause de la carrière de granite, les riverains n'en peuvent plus

-
Par , France Bleu Armorique

L'exploitant de la carrière de granite de la Bourdinais entre Montours et Saint-Germain-en-Cogles souhaite renouveler pour 30 ans son autorisation d'extraction. Mais les riverains craignent des nuisances sonores encore plus importante et un impact sur la biodiversité.

La carrière de la Bourdinais à Montours
La carrière de la Bourdinais à Montours © Radio France - Maxime Bossonney

Montours, Les Portes du Coglais, France

Au loin, on entend le bruit des blocs de granite qui tombent lourdement sur le sol, ainsi que le ballet des engins de chantiers. Un bruit quotidien, habituel pour les riverains. Mais avec le nouveau projet pour la carrière, ils craignent des nuisances sonores décuplées, fréquentes, invivables.

En effet la société Brandefert souhaite renouveler pour 30 ans son autorisation d'extraction de granite de la Bourdinais entre Montours et Saint-Germain-en-Cogles, avec pour nouveauté l'installation d'un concasseur, une machine conçue pour réduire les grosses roches en petites pierres, gravier, ou poussière de roche. Il serait en marche tous les deux ou trois ans sur une période de deux à trois mois. "Un bruit continuel à quelques mètres de chez nous !" s'inquiète Yves Perronneau, un riverain. "Cela va nuire à notre vie privée et à notre bien-être". Les riverains qui ont décidé d'agir, en interpellant la mairie, ainsi qu'en faisant signer une pétition aux habitants.

Le projet prévoit l'installation d'un concasseur - Radio France
Le projet prévoit l'installation d'un concasseur © Radio France - Maxime Bossonney

Un impact sur la tranquillité que relativise  le directeur de la société Brandefert, Franck Legout : "Evidemment quand on casse des pierres ça fait du bruit et de la poussière, mais il vaut mieux ça qu'un entassement de roches qui a un impact sur le paysage" se défend le chef d'entreprise.

Le projet prévoit également de porter de 10 000 à 30 000 tonnes le volume d'extraction de granite, ce qui fait craindre aux habitants un trafic plus importants de camions dans le bourg, mais la plus grande inquiétude concerne le futur de la carrière : "Le PLU (Plan Local d'Urbanisme) autorise l'extension de la carrière" explique Yves Perronneau, "la société peut donc racheter les terrains, couper les arbres et nuire à la biodiversité du secteur". Sachant que les riverains alertent aussi sur la présence à proximité d'un cours d'eau qui alimente le captage d'eau potable de Quincampoix.
"Pas d’extension, juste un renouvellement d'autorisation" insiste Franck Legout, qui précise l'importance d'une telle carrière dans le Coglais, car elle alimente les entreprises de granite breton du coin, et donc soutient des emplois locaux. 

Le plan de la carrière (en jaune) et sa proximité avec les habitations - Radio France
Le plan de la carrière (en jaune) et sa proximité avec les habitations © Radio France - Maxime Bossonney

Des arguments qui peinent à convaincre les riverains, qui dénoncent une communication floue autour du projet, et regrettent que l'avis d'enquête public n'est pas été diffusé assez largement. "J'ai été au courant qu'il y avait une enquête public en me baladant avec mon chien dans les bois et en apercevant un panneau indiquant que l'enquête était en cours. "

Le panneau d'avis d'enquête publique sur un chemin forestier - Radio France
Le panneau d'avis d'enquête publique sur un chemin forestier © Radio France - Maxime Bossonney

Pour calmer les esprits le directeur de la société Brandefert a proposé la création d'un comité local de suivi, en attendant le compte-rendu de l'enquête public, le 20 octobre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu