Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pemba, le girafon du zoo de Champrépus est mort

-
Par , France Bleu Cotentin

Victime d'une fracture aux vertèbres cervicales, le girafon Pemba, né cet été au parc zoologique de Champrépus, a dû être euthanasié mercredi matin.

Le girafon Pemba était né le 17 août dernier au zoo de Champrépus, dans la Manche.
Le girafon Pemba était né le 17 août dernier au zoo de Champrépus, dans la Manche. - Parc zoologique de Champrépus

Champrepus, France

Vingt-quatre heures après la mort du girafon, Jacques Lebreton, le gérant du zoo de Champrépus, est très ému. Pemba était né le 17 août dernier, il n'avait que deux mois quand il a fallu l'euthanasier. 

"Depuis quelques temps, il avait quelques problèmes de locomotion, raconte Jacques Lebreton. Il y a quinze jours on a regardé, on n'a rien trouvé de spécifique, on pensait qu'il avait un problème ligamentaire ou un problème tendineux." Le bébé girafe est traité aux anti-inflammatoires mais aucune évolution notable n'est constatée. 

Un fracture impossible à soigner

"On a donc fait des radios, au niveau du cou, de l'épaule et de toute la colonne vertébrale," poursuit le responsable. C'est ainsi que l'équipe découvre une fracture au niveau de la deuxième cervicale, juste sous la tête. Impossible de connaître la cause de cette blessure, peut-être liée à la mise-bas.

Dans un cas pareil, la morphologie de l'animal ne permet pas de le soigner.  "Aucune intervention médicale ou chirurgicale n'est possible", explique Jacques Lebreton. D'où la décision inéluctable : "_avec l'équipe vétérinaire et l'équipe du parc, nous avons donc décidé, malheureusement, qu'_il ne servait à rien qu'il souffre plus longtemps."

Cela a été très compliqué, très douloureux.

L'euthanasie a eu lieu mercredi matin. Le zoo a diffusé l'information sur ses réseaux, et a déjà reçu plusieurs dizaines de messages de compassion ce jeudi matin. "On remercie tous les gens qui nous aidés à surmonter cet événement", conclut Jacques Lebreton.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu