Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pesticides : à Villers-aux-Nœuds dans la Marne, des lotissements sortent de terre à 5 mètres des terrains agricoles

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Alors que le gouvernement lance la consultation sur les distances à respecter entre habitations et zones d'épandage de pesticides, à Villers-aux-Nœuds (Marne), trente parcelles viennent d'être viabilisées. Des lotissements sortent de terre, à quelques mètres de terres agricoles traitées.

Des haies de deux mètres devaient être installées
Des haies de deux mètres devaient être installées © Radio France - Stéphane Maggiolini

Villers-aux-Nœuds, France

Le gouvernement lance son "Grand Débat" autour de la problématique des distances minimales à respecter entre habitations et zones d'épandage de pesticides. Prévue à partir du mois d'octobre, le gouvernement décide de prendre de l'avance suite à la polémique autour de l'arrêté controversé pris par le Maire de Langouët. La question fait débat sur tout le territoire, y compris dans la Marne. Exemple, à Villers-aux-Nœuds, près de Reims (Marne), 30 nouvelles parcelles viennent d'être viabilisées.

Résultat, des lotissements y sont construits, certains y sont déjà habités. Cinq mètres plus loin : des terrains agricoles, traitées par des pesticides. "Je viens d'emménager, je n'étais pas au courant. Effectivement, ça pose problème si on balance ces produits à quelques mètres de chez moi", répond cet habitant de l'une des maisons concernées.

Des haies et des distances de sécurité

Pour la maire, Anne-Marie Germain, cette proximité est sans danger car la distance de 5 mètres, prévue dans le projet de construction, est respectée. De plus, chaque propriétaire doit installer une haie de 2 mètres de haut pour protéger son habitation.  Problème, aucune haie n'est posée à ce-jour. "Pour l'instant les riverains ne l'ont pas fait. Je peux comprendre que lorsque l'on achète un terrain, on pense d'abord à construire dessus puis à emménager, _les plantations viennent bien plus tard_. Avec le syndicat des vignerons, on réfléchit à installer nous même ces haies, ce serait même plus facile pour l'entretien", explique l'élue.

"Ça veut dire que les villages ne peuvent plus se développer ?"

Interrogée sur la responsabilité des communes rurales à autoriser des constructions près d'exploitations agricoles, la maire de Villers-aux-Nœuds en appelle au "bon sens" collectif. "On peut comprendre les inquiétudes, on en a conscience. _Forcément chaque nouvelle construction, dans nos villages, se fait à proximité d'une terre cultivée_. Le problème il est complexe. Ça veut dire que les villages ne peuvent plus se développer ? Si on met une distance obligatoire de 100 mètres, par exemple, entre les habitations et les exploitations, que vont devenir ces espaces de séparation ? Seront-ils toujours entretenus ? On doit tous se mettre autour de la table pour trouver des solutions", affirme Anne-Marie Germain.

Les mesures de protection, quant à la question de la proximité pesticides-habitations, sont pour l'instant limitées au code de l'environnement et aux arrêtes préfectoraux interdisant la pulvérisation aux abords des hôpitaux et maisons de santé. Contactée, l'association des maires de la Marne confirme réfléchir à de nouveaux textes législatifs mais n'évoque, à ce stade, que "de simples discussions en cours."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu