Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pesticides : l'ONG Terres d'abeilles s'indigne de l'autorisation des néonicotinoïdes pour la filière betterave

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu
Communauté de communes Brenne - Val de Creuse

Les apiculteurs et les associations écologistes sont en colère après la décision du gouvernement autoriser les agriculteurs de la filière de la betterave à utiliser dès 2021 des néonicotinoïdes, insecticides "tueurs d'abeilles". L'association "Terre d'abeilles", installée en Berry, monte au créneau.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Philippe Paupert

Les apiculteurs sont en colère. Le gouvernement a annoncé, jeudi 6 août, qu'il allait autoriser les agriculteurs de la filière de la betterave à utiliser des néonicotinoïdes dès 2021. Ces insecticides, qui s'attaquent au système nerveux des insectes et donc des pollinisateurs comme les abeilles, ont été interdits en 2018

Le gouvernement justifie cette autorisation exceptionnelle pour soutenir la filière sucrière, touchée par la jaunisse de la betterave. La région Centre-Val-de-Loire est particulièrement touchée.

Une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture

Du côté des associations écologistes, c'est l'indignation. L'ONG Terre d'abeilles, qui oeuvre pour la protection des insectes pollinisateurs, vient d'envoyer une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture pour dénoncer la mesure. "C'est une décision invraisemblable, tout à fait stupéfiante et particulièrement préoccupante puisqu'il a fallu 20 ans pour obtenir l'interdiction des néonicotinoïdes, à la suite de la démonstration scientifique de tous leurs effets pervers absolument catastrophiques sur les abeilles, la faune pollinisatrice en général, sur l'environnement, les sols, l'air, l'eau et la qualité de l'alimentation", réagit Béatrice Robrolle, présidente de l'association, basée à la Maison des abeilles, à Ingrandes, dans l'Indre. 

"Cette décision de céder à la pression du lobby sucrier est une catastrophe, et c'est surtout une porte ouverte à toutes les dérogations. D'ailleurs, les maïssiculteurs demandent déjà la même dérogation", poursuit l'apicultrice. Elle regrette également le manque de concertation. Selon elle, les apiculteurs n'ont pas été consultés avant que cette décision soit prise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess