Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

En baie de Somme, beaucoup d'échouages de phoques et une commune dépassée

- Mis à jour le
Par

Les échouages de phoques se multiplient cet été en baie de Somme. La commune de Cayeux-sur-Mer débordée, demande à être aidée.

IMAGE D'ILLUSTRATION. Cette année, les services de la ville de Cayeux-sur-Mer interviennent tous les deux jours environ pour des phoques échoués. IMAGE D'ILLUSTRATION. Cette année, les services de la ville de Cayeux-sur-Mer interviennent tous les deux jours environ pour des phoques échoués.
IMAGE D'ILLUSTRATION. Cette année, les services de la ville de Cayeux-sur-Mer interviennent tous les deux jours environ pour des phoques échoués. - Ville de Cayeux-sur-Mer

"On scrute, mais on ne voit pas les phoques ! Ne connaissant pas le site et sachant que la Baie est très dangereuse, avec les petites, on ne s'approchera pas." Venu sur la pointe du Hourdel avec son épouse Suzelle, et ses deux petites-filles, Yvon préfère être prudent. Un bon réflexe d'autant que les phoques sont des animaux qui n'aiment pas être dérangés.

Publicité
Logo France Bleu

Mais tout le monde n'est pas aussi précautionneux que Yvon et sa famille. Cette année, les services de la ville de Cayeux-sur-Mer constatent une multiplication du nombre de mammifères échoués. "Nous en sommes à environ une intervention tous les deux jours en ce moment. Les années passées c'était deux ou trois interventions dans l'année", précise le maire de la commune, Jean-Paul Lecomte.

Plus de sensibilisation auprès des touristes

Un changement expliqué par la situation sanitaire qui fait que l'association Picardie Nature n'a pas pu mettre en place son dispositif habituel sur la côte pour sensibiliser les touristes afin qu'ils ne s'approchent pas des phoques . De plus, ses moyens financiers et humains ont diminué

Un jeune phoque échoué sur la pointe du Hourdel, mi-juillet. - Jean-Claude Desanglois

Le maire de Cayeux-sur-Mer, Jean-Paul Lecomte, explique : "Il y a beaucoup de vacanciers qui ne gardent par leurs distances avec la colonie. Les phoques ont peur, les petits sont séparés de leur maman, et nous on les retrouve échoués ou morts."

"Je veux bien aider, mais on ne peut pas tout satisfaire."

Au delà de l'impact désastreux pour l'environnement et pour la colonie, cette situation conduit à une grosse charge de travail pour la commune, qu'elle a du mal à assumer. Jean Claude Desanglois est le responsable du pôle plage : "Ce qu'on a en notre possession ce sont les véhicules de la ville que l'on utilise tous les jours pour faire faire nos travaux, mais on n'a pas de véhicule spécifique ne serait-ce que pour transporter les carcasses. On a des gants, on met un masque, mais on en reste à ce niveau là."

loading

La commune réclame aujourd'hui de l'aide, car le maire voit difficilement comment gérer seul cette situation : "Aujourd'hui on a beaucoup moins de moyens, les dotations d'Etat ont énormément baissé, on a perdu plus de 70 000 euros cette année sur les recettes de fonctionnement. On ne peut pas tout assumer. Moi je demande simplement à ce que les organismes en place, notamment le parc naturel marin, le Syndicat Mixte Baie de Somme - Grand Littoral Picard, ou encore Picardie Nature fasse le travail qui leur incombe. Je veux bien aider, mais on ne peut pas tout satisfaire."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu